7 janvier 2021
COVID-19 : tout près de 500 cas actifs dans la région
Par: Maxime Prévost Durand

Avec 232 nouveaux cas dans la dernière semaine, la MRC des Maskoutains cumule maintenant près de 500 cas actifs sur son territoire. Photo Direction de santé publique de la Montérégie

Alors que le Québec se prépare à être plongé dans un nouveau confinement total à partir de samedi (voir autre texte), la MRC des Maskoutains cumule 486 cas actifs de la COVID-19, un sommet depuis le début de la pandémie.

Publicité
Activer le son

Ceux-ci sont principalement concentrés à Saint-Hyacinthe, où 380 personnes étaient considérées comme positives à la COVID-19 en date de mardi. Dans les autres municipalités, 20 cas actifs étaient recensés à Saint-Liboire, 14 à Saint-Pie, 13 à Saint-Dominique et 10 à Saint-Simon. Entre 5 et 9 cas étaient rapportés à Saint-Valérien, Saint-Damase, La Présentation, Sainte-Madeleine et Saint-Valérien-de-Milton. Les autres municipalités comptaient moins de cinq cas.

Entre le 30 décembre et le 5 janvier, 232 nouveaux cas de COVID-19 ont été rapportés dans la MRC, soit une trentaine de moins que la semaine précédente. C’est la première fois en près d’un mois que la donnée est à la baisse, après une montée en flèche fulgurante en décembre.

Malheureusement, 24 nouveaux décès ont été signalés dans la MRC dans la dernière semaine. Le bilan s’est notamment alourdi du côté du centre d’hébergement de l’Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe, où neuf résidents ont succombé à la COVID-19, faisant grimper à 59 le nombre de résidents emportés par la maladie depuis l’automne. La résidence privée pour aînés Les Jardins de la Gare, du groupe Chartwell, a aussi rapporté cinq autres décès dans les derniers jours. La COVID-19 a coûté la vie à 15 résidents depuis le début de l’éclosion qui y sévit. Plusieurs résidents ont heureusement réussi à se rétablir, si bien qu’on dénombre maintenant 73 cas actifs, en comparaison aux 111 de la semaine précédente.

À l’Hôtel-Dieu, on compte maintenant 53 cas actifs chez les résidents, soit une vingtaine de moins que la semaine dernière.

Pour l’ensemble de la Montérégie, une tendance à la hausse des nouveaux cas a par ailleurs été observée durant la période des Fêtes. Mercredi, on rapportait tout près de 2400 personnes ayant attrapé la COVID-19 au cours des sept derniers jours, alors que ce chiffre oscillait davantage autour des 1700 nouveaux cas hebdomadaires avant les Fêtes.

Les vaccins arrivent en CHSLD

Retardée en raison d’enjeux logistiques, la vaccination contre la COVID-19 pour les résidents en CHSLD a pu débuter mardi sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est grâce à l’arrivée des premières doses du vaccin de Moderna.

Puisque ce vaccin peut être déplacé, contrairement à celui de Pfizer-BioNTech qui avait été reçu à la fin décembre, des équipes mobiles ont pu se rendre en CHSLD pour entamer la campagne de vaccination. En plus des résidents, les proches aidants ciblés pourront être vaccinés.

Malgré notre demande, il n’a pas été possible de savoir si la vaccination avait débuté dans les CHSLD maskoutains, soit l’Hôtel-Dieu et le centre Andrée-Perrault. On ignore également combien de doses de vaccins sont prévues pour ces établissements.

« Nous disposons d’environ 5000 doses du vaccin de Moderna cette semaine pour l’ensemble du territoire de la Montérégie, a simplement mentionné le conseiller aux relations médias du CISSS de la Montérégie-Est, Hugo Bourgoin, en réponse aux questions du COURRIER. Toutes ces doses seront utilisées pour vacciner la clientèle des CHSLD, ressources intermédiaires (RI) et ressources de type familial (RTF) par des équipes mobiles. »

Jusqu’ici, seuls des employés de la santé œuvrant en CHSLD, en RI et en RTF avaient été vaccinés dans la région. Au site de vaccination établi au Pavillon La Coop, à Saint-Hyacinthe, plus de 2000 travailleurs de la santé, principalement du CISSS de la Montérégie-Est et de la Montérégie-Centre, ont reçu la première dose à la fin décembre. La campagne se poursuivait cette semaine et incluait dorénavant les employés des zones rouges des centres hospitaliers.

image