3 décembre 2015
CSSH : plaidoyer contre les coupes et la fin des élections scolaires
Par: Jennifer Blanchette | Initiative de journalisme local | Le Courrier
Les commissaires scolaires ont adopté deux résolutions dénonçant les compressions budgétaires récurrentes du gouvernement ainsi que ­l’abolition des élections scolaires. Photothèque | Le Courrier ©

Les commissaires scolaires ont adopté deux résolutions dénonçant les compressions budgétaires récurrentes du gouvernement ainsi que ­l’abolition des élections scolaires. Photothèque | Le Courrier ©

Les commissaires de la Commission ­scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) ont envoyé un message clair au ­gouvernement en réclamant la fin des coupes budgétaires en éducation et le maintien des élections scolaires.

Publicité
Activer le son

Les élus ont entériné deux résolutions ­allant dans ce sens lors de leur dernière assemblée publique tenue le 17 ­novembre.

Les commissaires Amélie Loranger et Sylvie Donais ont respectivement ­proposé de « demander […] au ministre François Blais le maintien des élections scolaires de façon à préserver le système de gouvernance démocratique des ­commissions scolaires » et de « cesser les coupes dans le financement des ­commissions scolaires et de procéder à un réinvestissement permettant de ­répondre aux besoins des élèves ».

Concernant les élections scolaires, les commissaires ont fait valoir leur ­pertinence en affirmant qu’elles ­permettaient une gouvernance de ­proximité, qu’elles assuraient une ­représentation territoriale et que les élus scolaires étaient imputables de leur ­travail face aux attentes de la population.

Le ministre de l’Éducation, François Blais, devrait déposer un projet de loi abolissant les élections scolaires cet ­automne. Les commissions scolaires ­seraient remplacées par des conseils ­scolaires formés de 15 ­personnes issues des milieux municipal, économique, communautaire et scolaire, selon des ­documents obtenus par La Presse.

Dans le cas des compressions budgétaires, les élus de la CSSH ont réitéré que les coupures actuelles, en plus d’être ­récurrentes et importantes, affectaient les services aux élèves et mettaient en ­péril la réussite scolaire.

Depuis 2013-2014, les compressions budgétaires imposées par Québec sont passées de 2 M$ à 5,5 M$ en 2015-2016.

Les deux propositions ont été adoptées à l’unanimité par les commissaires.

image