5 janvier 2012
L'arrivée tardive de la neige se fait ressentir
Dame Nature cause des maux de tête aux commerçants
Par: Maxime Desroches
Au Parc Les Salines, des sportifs ont profité des quelques flocons tombés à la fin décembre pour pratiquer leur activité hivernale favorite.

Au Parc Les Salines, des sportifs ont profité des quelques flocons tombés à la fin décembre pour pratiquer leur activité hivernale favorite.

Les adeptes des sports de glisse, de patinage, de motoneige et autres sports hivernaux n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent en ces premières semaines d’hiver, et ce, dans la plupart des régions du Québec. Les plus optimistes clameront que ce n’est que partie remise, mais il n’en demeure pas moins que l’absence d’un tapis blanc au cours du mois de décembre, tout particulièrement pendant les Fêtes, en a frustré plus d’un, à commencer par les détaillants d’articles de sport.

Publicité
Activer le son

L’achalandage précédant la fête de Noël et la frénésie du Boxing Day ont beau avoir apporté leur lot de consommateurs dans les rayons de sports, les chiffres d’affaires sont en deçà des attentes pour plusieurs détaillants, qui souhaitent que la première véritable tempête de neige chasse le sentiment d’hésitation qui habite une partie de leur clientèle habituelle.

« Les gens ont tardé à réaliser que l’hiver approchait. L’absence de neige sur les pistes des montagnes a tout simplement décalé la saison de ski et de snowboard de quelques semaines », raconte le gérant du magasin Escapade Boardshop à Saint-Hyacinthe, Maxime Guévin.« Il y a eu une longue période d’accalmie plutôt inhabituelle, admet pour sa part Jean-Sébastien Mathieu, de Broli La Source du Sport. Je ne sais pas si c’est uniquement en raison de la météo, ou si la conjoncture économique y est pour quelque chose, mais les gens achètent moins en ce début de saison. » Si les vrais adeptes de la descente ne se formalisent pas de ce détail et se dirigent plutôt vers les monts où il est tombé plus de neige, ce sont plutôt les skieurs occasionnels qui désertent les magasins. « C’est surtout la clientèle qui en fait de cinq à six fois par hiver que l’on n’a presque pas vu encore. Probablement qu’on les verra seulement quand il sera tombé plusieurs centimètres de neige sur la Montérégie, concède-t-il. Ça ne prend que quelques centimètres étalés sur quelques jours pour que cette partie de notre clientèle emboîte elle aussi le pas. »

Délai pour les motoneigistes aussi

La saison de motoneige a elle aussi mis plus de temps qu’à la normale à se mettre en branle en raison de la température clémente. Les quelques flocons tombés dans les jours précédant Noël ont toutefois donné un élan important aux motoneigistes, estime Jean-Luc Nobert, gérant de ADM Sport, détaillant qui se spécialise notamment dans les pièces et accessoires de motoneige.

« Tant que les sentiers ne seront pas complètement ouverts, une différence dans l’achalandage va se faire ressentir. » Il note tout de même que malgré le début de saison décalé, les propriétaires de motoneiges « particulièrement les mordus », ont dépensé autant que par les années passées dans l’entretien de leur véhicule récréatif. Cet aspect-là a permis de compenser pour le lent départ en ce qui a trait à la vente d’accessoires, et nous permet d’espérer qu’au final, le chiffre d’affaires sera semblable à celui des hivers passés », précise-t-il.Au même titre que les propriétaires de stations de ski, les détaillants d’articles de sport hivernaux gardent un oeil attentif sur les prévisions météorologiques, et prient pour que le réel hiver québécois se pointe bientôt le bout du nez.« Le froid commence à se mettre de la partie. Ça fait une différence car les patinoires extérieures commencent à être plus fréquentées. Maintenant, il ne manque qu’une vraie grosse bordée de neige! », conclut Jean-Sébastien Mathieu.

image