12 mai 2016
23e Défi Gérard-Côté
Dame Nature vole la vedette
Par: Maxime Prévost Durand

Pas moins de 1 700 courageux coureurs ont bravé la pluie dimanche en participant à la 23

Publicité
Activer le son

Habitué de devoir composer avec des conditions pluvieuses, le Défi Gérard-Côté avait vu le soleil répondre présent lors de ses deux dernières ­éditions. Jamais deux sans trois? Dame Nature a décidé de faire abstraction de ce dicton, au grand dam du nouveau comité organisateur.

« Ça a été une des pires éditions en terme de température, avoue le président du Club ­athlétique de Saint-Hyacinthe, Daniel Laflamme. Ce n’était vraiment pas un cadeau. »

Le volet scolaire de 1 km a grandement souffert du mauvais temps, alors que quelque 550 élèves inscrits ne se sont finalement pas présentés. Au total, 1 120 jeunes devaient prendre le départ.

Dans les courses régulières de 1,6 km, 5 km, 10 km et 15 km, l’impact s’est moins fait ressentir, même si près d’une centaine d’inscrits parmi 1 200 coureurs prévus ont préféré rester au sec à la maison.

De nombreux bénévoles se sont tout de même assuré du bon déroulement de l’activité, le ­sourire aux lèvres, question de mettre un peu de soleil dans cette journée grisâtre.

En raison de ces nombreux absents, quelques items alimentaires en surplus ont été remis à une banque alimentaire de Saint-Hyacinthe par ­l’organisation du Défi Gérard-Côté.

La Promenade a manqué aux coureurs

Forcés de revoir leurs circuits de 10 km et 15 km en raison des travaux de reconstruction du pont Bouchard, les organisateurs ont reconnu que la Promenade Gérard-Côté a manqué aux coureurs. « Les seuls commentaires négatifs qu’on a eus, c’était par rapport aux circuits », rapporte Daniel Laflamme.

Traditionnellement, les coureurs sont amenés à circuler sur la Promenade Gérard-Côté et sur la rue Girouard Ouest dans un aller-retour. Mais en raison de la fermeture d’une portion de la ­Promenade, en lien avec les travaux du pont ­Bouchard, le comité organisateur a été contraint de proposer un circuit de deux tours pour le 10 km et de trois tours pour le 15 km. « On a perdu des gens parce qu’ils aiment moins faire deux ou trois tours d’un circuit », reconnait-il.

Il assure toutefois que le Défi Gérard-Côté ­reviendra à ses circuits habituels dès l’an ­prochain, alors que les travaux seront ­terminés.

Julien Pinsonneault détrôné

Pour la première fois en cinq ans, un autre ­coureur que le Maskoutain Julien Pinsonneault a franchi le fil d’arrivée du 5 km le premier. Jérémie Martin, un jeune coureur de Saint-Bruno, a ­devancé le quadruple champion du Défi ­Gérard-Côté grâce à un chrono sous les 17 minutes (16:58.1), soit 13 secondes plus ­rapidement que Pinsonneault. Les femmes ont aussi couronné une coureuse de Saint-Bruno alors que Celine Marks a été la plus rapide avec un temps de 19:08.

Au 10 km, Alister Gardner, de Bromont, a ­complètement dominé la distance en 34:37.2, à près de 6 minutes du deuxième meilleur coureur, le Maskoutain Jonathan Robin. Chez les femmes, Josianne Daigneault, d’Acton Vale, a raflé les honneurs en complétant le parcours en 44:33.2.

David Durocher, de Mont-Saint-Hilaire, a quant à lui conservé son titre au 15 km avec un temps de 56:54.2. Hélène Michaud, de Saint-Hyacinthe, a été la première femme à terminer le plus long parcours proposé, tout juste au-dessus de la barre de l’heure, en 1:00:39.2.

Pas moins de 600 personnes ont pris part au 5 km, un peu plus de 200 coureurs ont parcouru le circuit de 10 km et 168 autres ont affronté la distance de 15 km selon les données rendues ­disponibles par Sportstats.

image