2 novembre 2017
District Saint-Sacrement
Danielle Pelland, Sagouine et candidate
Par: Benoit Lapierre
Danielle Pelland, candidate dans le district Sacré-Coeur.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Danielle Pelland, candidate dans le district Sacré-Coeur. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Danielle Pelland s’identifie volontiers au groupe des Sagouines, ces femmes qui ont pris la parole au cours de l’été pour critiquer les actions de la Ville dans divers dossiers, et en premier lieu dans celui du complexe immobilier Réseau Sélection.

Publicité
Activer le son

« Quand je frappe aux portes du quartier, je me fais souvent demander si je suis une Sagouine, et je réponds oui. Les Sagouines, c’est quelque chose qui a fait le tour, c’est connu même à Saint-Nazaire », sourit la candidate aux élections dans le district Sacré-Coeur. Elle n’habite pas très loin des limites de ce quartier, dans Bourg-joli, mais a préféré se présenter dans Sacré-Coeur parce que le conseiller du secteur, David Bousquet, n’y avait pas encore d’adversaire. Âgée de 60 ans, Danielle Pelland tient depuis 30 ans un service de garde rattaché au bureau-coordonnateur du centre de la petite enfance Mafamigarde. Avec son conjoint,elle accueille quotidiennement neuf bambins à la maison. « À la mairie, j’appuie Chantal Goulet, comme j’appuie tous les candidats qui partagent les mêmes valeurs que moi »,dit cette Maskoutaine qui adhère aux principes de « l’écologie humaine », valorisant par exemple le transport actif. « À une certaine époque à Saint-Hyacinthe, tout le monde se rendait à l’usine à vélo ou à pied. C’était plus économique, ça gaspillait moins, dans le temps. » Pour le district Sacré-Coeur, elle est favorable à l’enlèvement des parcomètres le long de l’avenue Sainte-Anne, et verrait très bien une Maison de la culture, un petit café, une galerie d’art apparaître sur cette artère. Elle garde aussi un oeil sur l’école Fadette comme espace offrant de belles possibilités pour les gens du quartier, si elle devenait disponible un jour. « Déjà, on aura un nouveau parc à l’école René-Saint-Pierre qui pourra profiter à tous, et c’est très bien. » Même si elle demeure résolument contre le projet Réseau Sélection, elle n’est pas opposée à toute forme d’investissement au centre-ville. Mais elle y remarque surtout la pauvreté des installations destinées aux enfants. « L’école n’est pas belle, elle est entourée de béton et en plus, on voudrait construire un stationnement étagé juste en face. Ils sont où, les espaces verts pour les enfants au centre-ville? Des études montrent que jusqu’à l’âge de cinq ans, le meilleur environnement pour les enfants, c’est dehors. » Concernant la loi 122 et la question des avis publics, sa position est tout aussi tranchée. « Je suis favorable au maintien des avis publics dans les journaux. Je vais paraphraser Claire Gagné en vous disant que je suis un peu « vieille méthode » moi aussi. » Danielle Pelland a représenté le parti Québec solidaire dans Saint-Hyacinthe aux élections provinciales de 2014.

image