21 juin 2012
Dans la communauté?
Par: Martin Bourassa

Six mois à purger dans la communauté.

publicité

Six mois à purger dans la communauté.

Telle est la sentence rendue à l’endroit de la jeune mère du poupon de 21 jours tué par des chiens huskies dans une résidence de Saint-Barnabé-Sud en juin 2010. Voilà la conclusion d’une affaire qui a fait grand bruit chez nous en raison des circonstances particulièrement atroces du drame. Six mois dans la collectivité, c’est une sentence qui ne fait pas l’unanimité dans l’opinion publique, même s’il s’agit d’une recommandation commune de la Couronne et de la Défense.Les lecteurs du Courrier sont d’ailleurs divisés sur cette sentence comme en témoigne le résultat de notre question Internet de la semaine.Cinquante et un pour cent des quelque 228 répondants jugent cette sentence acceptable. Prière de m’inclure dans cette catégorie. Cette jeune femme qui avait seulement 17 ans lors des tristes événements ne méritait pas selon moi de faire de la prison et de se retrouver en dedans. Elle a davantage besoin d’encadrement soutenu que de prison si vous voulez connaître le fond de ma pensée.Selon ce qui a été rapporté au cours des procédures, l’encadrement parental et social semble lui faire défaut depuis toujours. Du support et des conseils, elle en aura pourtant grandement besoin dans sa vie actuelle et future. Souhaitons pour la suite des choses qu’elle finisse par trouver les bonnes personnes et surtout par les écouter.Comme je l’écrivais au lendemain du drame, cette jeune femme a clairement manqué de jugement en laissant son bébé naissant sans surveillance dans une pièce avec deux chiens huskies. Mais s’il fallait envoyer en prison tous ceux qui manquent de jugement à l’occasion ou même régulièrement, il ne resterait pas grand monde en liberté!Cela dit, les erreurs de jugement n’ont pas toutes les mêmes conséquences.Et ces erreurs ne sont pas toujours appréciées de la même façon par la justice. On a tous en mémoire le cas d’enfants qui échappent temporairement à la surveillance de leurs parents et que l’on retrouve au fond d’une baignoire, d’une piscine ou d’un lac.Ces parents ne se retrouvent pas tous devant un juge.La jeune accusée dans le présent dossier n’a pas eu de traitement de faveur, malgré ses 17 ans. Son âge n’excuse rien, mais il explique peut-être bien des choses.D’abord accusée d’homicide involontaire, elle a fini par plaider coupable à des accusations réduites de négligence criminelle. À ce sujet, j’ai toujours eu des doutes sur la capacité de la Couronne à démontrer l’homicide dans cette affaire qui tient davantage de la négligence et, je le répète, du manque de jugement puisqu’il n’y a rien d’illégal à faire cohabiter un animal et un bébé. Ce n’est pas nécessairement brillant et recommandé, mais à ce que je sache ce n’est pas encore illégal.On ne peut pas en dire autant des jeunes automobilistes qui font la course dans les zones scolaires et résidentielles et qui finissent par faire d’innocentes victimes.Pas sûr que ces derniers méritent des sentences dans la collectivité.Parlez-en à la mère de la petite Bianca Leduc…

image