12 juillet 2012
Hyundai Genesis Spec-R 2012
Dans l’ombre des grandes marques
Par: Marc Bouchard

La direction du constructeur coréen a réfléchi longtemps à son introduction dans la catégorie des voitures de luxe. Il faut comprendre que ce marché très lucratif est dominé par les trois constructeurs allemands : Audi, BMW et Mercedes-Benz. Pendant un certain temps, la décision d’ouvrir un réseau complètement séparé de la marque d’origine a circulé. Puis, rapidement, le vent a tourné et les patrons de Hyundai ont donné le feu vert à une nouvelle marque, mais vendue chez les concessionnaires existants.

Si son arrivée s’est faite en grande pompe, les clients ne se sont pas bousculés pour s’en procurer une. Pourtant, avec le temps, les amateurs de grosses berlines se sont laissés tenter par la coréenne. De plus, la Genesis Coupée est venue aider la cause.

Pour le millésime 2012, la berline Genesis se présente avec quelques raffinements tous discrets, mais avec une mécanique rehaussée. Ces changements n’ont pour but que de faire patienter les acheteurs avant la venue d’une nouvelle génération de la voiture. La direction canadienne nous indique que le marché des voitures de luxe est en pleine progression et que ce phénomène prendra de l’ampleur d’ici 2016. De plus, la Genesis affiche l’une des meilleures valeurs résiduelles du marché. Il faut aussi souligner que Hyundai vend plus de 1100 unités de sa berline chaque année au Canada. Pas mal pour une berline peu connue.

Discrétion oblige

Si vous êtes du genre discret qui préfère ne pas se faire remarquer au passage, la Genesis est pour vous. Un peu comme le jeu des 7 erreurs dans les grands quotidiens, il faut superposer les deux berlines pour en connaître les changements pour le millésime 2012. La grille est légèrement différente tandis que les phares reçoivent ces fameuses D.E.L. si populaires depuis quelques années. Le parechoc avant est remoulé et vient compléter le traitement plus aérodynamique accentué par les éléments de bas de caisse.

Mais l’ensemble demeure le même. Une calandre distinctive des autres modèles de la gamme Hyundai nous permet de la reconnaître. Mais il manque ce petit quelque chose qui plaît tant aux acheteurs de voitures allemandes. Cette marque de style qui pourrait la détacher du lot de grosses berlines offertes sur le marché. Avec les résultats des ventes, il faut penser que la clientèle cible veut vraiment passer inaperçue. Son habitacle est aussi empreint de sobriété. Son tableau de bord rectiligne n’offre rien d’extravagant et de bien innovateur. Si ce n’est de la partie centrale qui s’arrondit pour laisser plus de place à l’immense écran du système de navigation, le reste demeure du déjà vu. Les sièges sont confortables, mais la qualité des cuirs me laisse perplexe quant à sa durabilité. Après seulement 11 000 km, ceux de ma voiture d’essai affichaient déjà des signes d’usure. Mais elle demeure spacieuse à souhait et les passagers pourront profiter de tout le dégagement voulu, peu importe le gabarit.

Toujours un V8

La grande nouveauté se trouve sous le capot pour la Genesis 2012. L’injection directe fait son apparition dans les deux cas, soit pour le V6 et le V8. Ce traitement permet d’augmenter la puissance, de diminuer la consommation d’essence et de réduire le taux d’émission de CO2.

Du côté du V6 de 3,8 L, sa puissance est augmentée à 333 ch. Quant au moteur V8, sa puissance passe à 429 ch. L’autre grande nouveauté de cette berline de luxe demeure l’arrivée d’une toute nouvelle boîte de vitesse à 8 rapports. Cette boîte est entièrement conçue et réalisée par les ingénieurs de Hyundai. Voilà encore une preuve du savoir-faire du constructeur. C’est le V8 qui équipe la R-Spec. Elle porte ce nom afin d’affirmer le caractère sportif de la berline. Cette motorisation offre beaucoup de puissance, mais il faut se questionner sur son utilité. Le V6 fait déjà un excellent boulot. De plus, afin de faire face à la concurrence toujours plus féroce, une version plus verte devra être proposée. Et pas de rouage intégral pour l’instant. Devant nos commentaires, il ne faudra pas s’étonner de l’arrivée prochaine de ces ajouts technologiques. Somme toute, la nouvelle Genesis prend de l’expérience et se raffine peu à peu. Il ne lui manque que le rouage intégral et un style plus moderne pour s’affirmer davantage dans un marché qui continu d’être dominé par les constructeurs allemands. Merci à Jacques Deshaies.

Fiche technique

Véhicule d’essai :Hyundai Genesis R-Spec 2012 Prix du modèle à l’essai : 51 374 $ Échelle de prix : de 41 874 $ à 55 374 $ Consommation affichée : 9,3 L/100km Garantie de base : 60 mois/100 000 km Concurrence générale : Acura TL, Buick Lucerne, BMW Série 5, Audi A6, Mercedes-Benz Classe E, Lexus ES, Infiniti M

Pour :

– Confort assuré – Équipement complet – Garantie

Contre :

– Silhouette anonyme – Pas de rouage intégral – Direction floue

image