1 décembre 2016
David Laliberté accroche ses patins
Par: Maxime Prévost Durand
David Laliberté accroche ses patins

David Laliberté accroche ses patins

David Laliberté a annoncé qu’il prenait sa retraite le 25 novembre, avant un match à domicile de son équipe, le HK Nitra. Photo Courtoisie HK Nitra

David Laliberté a annoncé qu’il prenait sa retraite le 25 novembre, avant un match à domicile de son équipe, le HK Nitra. Photo Courtoisie HK Nitra

Après 10 saisons chez les professionnels, David Laliberté accroche ses patins. Le joueur de 30 ans, porte-couleur du HK Nitra dans la plus haute ligue de hockey slovaque, a choisi de mettre un terme à sa carrière après qu’une mise en échec ait ravivé une blessure au dos qu’il traîne depuis longtemps.

publicité

L’annonce a été faite par l’équipe avant une rencontre qu’elle disputait à domicile le 25 novembre. Il y avait trois semaines que le Liboirois n’avait pas joué de match en raison de sa blessure. « C’était le temps pour moi d’écouter mon corps. J’ai quand même joué pendant 12 ans avec le problème que j’avais au dos, c’est énorme », a soutenu Laliberté, joint par LE COURRIER lundi.

Dans un match contre le HK Poprad, le 11 novembre, il a été mis en échec au centre de la patinoire. L’impact a fait tourner sa hanche vers l’arrière et a ravivé d’importantes douleurs au bas du dos. « J’ai fini le match, le lendemain j’ai participé à la pratique et j’ai joué le dimanche. Mais j’avais une grande douleur au bas du dos et je savais qu’il y avait quelque chose qui n’était pas correct. »

Après les traitements d’un physiothérapeute, il avait bon espoir que tout se replacerait, sauf que son état ne s’est pas amélioré. Dès qu’il est retourné sur la glace pour un entraînement, il a su que c’était la fin.

Une résonnance magnétique a été effectuée par un médecin et les résultats n’ont pas été concluants. « Je pourrais continuer encore deux, trois ou cinq ans, mais ce serait risqué. Je me suis dit que c’était le temps de passer à autre chose. J’ai un petit garçon et j’aimerais pouvoir patiner avec lui lorsqu’il sera plus vieux. »

Un combat constant

À l’âge de 18 ans, alors qu’il s’alignait avec le Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard dans la LHJMQ, David Laliberté a souffert d’une hernie discale qui l’a tenu à l’écart du jeu pendant près d’un an. Depuis ce temps, il a dû livrer un combat constant face aux douleurs qui persistaient.

Malgré cette pause forcée dans sa progression, à un âge aussi crucial, le Liboirois a gravi les échelons un à un jusqu’à la Ligue nationale de hockey, où il a disputé 11 rencontres avec les Flyers de Philadelphie lors de la saison 2009-10.

Même si l’aventure dans la LNH ne s’est pas poursuivie, le hockeyeur se réjouit d’avoir réussi à atteindre son objectif. « Mon but après ma blessure au dos était de jouer au moins un match dans la Ligue nationale et je l’ai atteint. J’ai même marqué à ma première partie », se souvient-il.

En rétrospective, il retire surtout une grande fierté de la détermination dont il a fait preuve et de la force de caractère qui lui a permis de surmonter les différentes épreuves qui se sont dressées sur son chemin.

En plus de la Ligue américaine et la Ligue de la Côte-Est, David Laliberté a aussi joué en Allemagne, en Italie et en Norvège, avant de se joindre la saison dernière au HK Nitra en Slovaquie.

Faire une différence

Meilleur compteur de l’équipe slovaque, Laliberté a conduit le HK Nitra jusqu’à son premier championnat de l’Extraliga et a été nommé joueur par excellence des séries.

Même s’il était un joueur « importé », il a rapidement été adopté par les partisans, qui chantaient son nom dans les estrades après chaque but qu’il marquait. Ils lui ont d’ailleurs réservé une belle ovation lorsque l’annonce de sa retraite a été partagée sur l’écran géant à la fin du match de l’équipe le 25 novembre, mais le principal intéressé n’a pu savourer ce moment. « J’étais parti de l’aréna pour aller coucher mon fils, il était très fatigué, alors j’ai manqué l’ovation. » Il aura toutefois l’occasion de recevoir une dernière dose d’amour des partisans alors qu’une cérémonie sera célébrée en son honneur vendredi afin de saluer son passage au sein du HK Nitra.

La suite

Maintenant que l’heure de la retraite a sonné, qu’est-ce qui attend David Laliberté? S’il peut trouver une manière de rester en contact avec le monde du hockey, il en serait ravi.

« J’ai commencé des cours en administration avec la TELUQ et je poursuivrai mon baccalauréat à l’UQAM à mon retour au Québec. J’aimerais continuer d’être impliqué dans le hockey à temps partiel, soit en tant qu’entraîneur, comme recruteur, ou même pour aider un agent », conclut-il.

image