4 février 2021
Membre des Blue Jackets pour une 10e saison
David Savard franchit un nouveau cap à Columbus
Par: Maxime Prévost Durand

Devenu un pilier de la défensive des Blue Jackets de Columbus depuis son arrivée avec le club en 2011, David Savard dispute déjà une 10e saison dans la LNH. Photo Jamie Sabau

À l’âge de seulement 30 ans, David Savard franchit un cap important cette saison avec les Blue Jackets de Columbus en disputant déjà une 10e campagne dans la Ligue nationale de hockey. Une longévité qui réjouit le Maskoutain, devenu un pilier en défensive au sein du club de l’Ohio.

Publicité
Activer le son

« Ç’a passé vite. Tu ne t’en rends pas compte que tu passes d’un jeune joueur à un des plus vieux de l’équipe », confie le sympathique défenseur, dans un entretien téléphonique accordé au COURRIER.

Si tout va bien, le numéro 58 franchira le cap des 600 parties disputées dans la LNH d’ici la fin de la saison. À l’heure actuelle, il en a joué 568.

« Je suis content de ça, en espérant que ça continue encore plusieurs années. On ne sait jamais quand ça va finir. C’est ce qui est difficile dans cette business. Il y a toujours de jeunes bons joueurs qui arrivent. Mon but, c’est de rester et de gagner un jour la Coupe Stanley. On a eu de bons clubs dans les dernières années. C’est le fun d’aller en séries et de faire de bonnes performances, il faut juste continuer de travailler fort. »

Lorsqu’il regarde le chemin parcouru jusqu’ici, David Savard a de quoi être fier. Au fil des années, il s’est forgé une réputation de défenseur particulièrement difficile à affronter. Ce sont ses adversaires qui le disent.

« Il a fallu que change un peu mon style de jeu [quand je suis arrivée dans la LNH], mentionne celui qui était surtout considéré comme un défenseur offensif dans les rangs juniors. Dès mon arrivée à Columbus, je n’ai pas eu le choix de travailler sur mon jeu défensif parce qu’il y avait des gars de power play devant moi. Donc, si je voulais avoir ma place dans le lineup, il fallait que je joue bien défensivement et que je sois plus physique. J’ai réussi à trouver ma niche dans l’organisation en tant que joueur dur à jouer défensivement et qui bloque des tirs. »

L’arrivée de John Tortorella à la barre des Blue Jackets en 2015 l’a amené à développer cette aptitude à bloquer les lancers adverses.

« Notre entraîneur précédent aimait qu’on se tasse pour laisser le gardien voir les rondelles, tandis que c’est plus dans la mentalité de Torts de bloquer des tirs. C’est peut-être ça qui a déclenché le fait que j’en bloque plus qu’avant, parce que c’est notre style de jeu en défensive maintenant », poursuit le gaillard de 6’2” et 233 lb.

Le vétéran défenseur, qui s’aligne sur la deuxième paire des Blue Jackets, est rendu à une étape de sa carrière où il souhaite surtout consolider ses acquis.

« J’essaie de me concentrer toujours sur les mêmes choses, de bien jouer défensivement. Mais c’est sûr que j’aimerais retrouver un peu plus mon flair offensif. C’est quelque chose que j’ai un peu perdu dans les dernières années et j’aimerais continuer de le travailler. Il y a toujours quelque chose que tu peux améliorer. Mais en même temps, il y a deux gars très offensifs devant moi sur la première paire, avec Seth Jones et Zach Werenski. Ce sont eux qui prennent beaucoup de minutes offensivement, comme sur les mises en jeu en territoire offensif. On comprend pourquoi, ils ont un QI offensif assez exceptionnel. Ils sont le fun à voir aller. Mais ça fait aussi partie de mon rôle et je me mets un peu plus de pression pour pouvoir performer un peu plus offensivement. »

David Savard écoule présentement la dernière saison de son contrat avec les Blue Jackets et deviendra joueur autonome sans restriction cet été. Il espère avoir l’occasion de demeurer avec l’organisation, surtout que lui et sa famille se plaisent bien à Columbus. Il ne s’attend toutefois pas à ce que sa situation se règle si rapidement.

« Disons que les dernières semaines ont été occupées par quelque chose d’autre [dossier Pierre-Luc Dubois], mais on va voir comment ça va aller. Ça se peut que ça aille juste à plus tard dans l’été aussi. Avec Seattle qui va entrer dans la ligue, les équipes ont beaucoup de choses à penser en ce moment. On verra, quand les offres vont arriver, ce que j’aurai le goût de faire », affirme-t-il.

image