5 avril 2012
Urbanisme
De l’huile sur le feu
Par: Martin Bourassa

Les hostilités ont repris de plus belle entre le Groupe Robin et les Galeries St-Hyacinthe, les deux principaux promoteurs commerciaux de la Ville.

Les hostilités ont repris de plus belle entre le Groupe Robin et les Galeries St-Hyacinthe, les deux principaux promoteurs commerciaux de la Ville.

L’ouverture manifeste de la Ville à un changement de zonage qui permettra au Groupe Robin de construire une tour de bureaux verte au projet M rajoute une bonne dose d’huile sur le feu déjà vif, qui en pratique n’a jamais perdu de son intensité depuis la mise en chantier du projet commercial de la famille Robin.Si les promoteurs des Galeries se croyaient à l’abri de toute concurrence depuis l’adoption du récent règlement de zonage de la Ville en décembre 2010, voilà qu’ils déchantent royalement. Il aura fallu à peine plus d’un an pour que la Ville ouvre toute grande la porte à un changement majeur dans le secteur du bureau.André Brochu déplore l’improvisation dont fait preuve la Ville et son manque de considération et d’égard à l’endroit de son employeur. Il reprend en fait à quelques mots près le discours de Robert Robin les jours précédents l’adoption du plan.Deux ou trois conseillers donnent cependant raison à M. Brochu en disant qu’il est bien tôt pour passer outre un plan d’urbanisme encore chaud. Ceux-là ne jurent que par le noyau urbain central, un concept moribond créé par le récent plan d’urbanisme.Dans les faits, le conseil actuel est bien mal placé pour défendre avec acharnement les vertus du plan d’urbanisme et du noyau urbain central. S’ils étaient réellement préoccupés par la revitalisation et la protection du centre-ville et du fameux noyau, c’est là et pas ailleurs qu’ils auraient relogé les organismes chassés du centre culturel, et non au couvent de la Métairie.En pratique, les élus ont donc eux-mêmes bafoué leur propre plan de développement./Un plan qui de surcroît est loin, très loin d’être parfait. Mais ça on le savait depuis son adoption controversée et précipitée. On s’était dit à ce moment qu’on corrigerait les incongruités au fur et à mesure. Et incongruité il y a eu en quantité.Dans les faits, ouvrir la porte au projet du Groupe Robin ne vient que de corriger le pied de nez qui lui a été fait en décembre 2010. Cette modification de zonage permettra aux deux promoteurs de rivaliser sur un pied d’égalité. Ce n’était pas à la Ville de Saint-Hyacinthe de régir ce combat en favorisant un promoteur au détriment d’un autre.Ce sera à eux de rivaliser d’audace et de bon prix au pied carré pour remplir leur tour.Cela dit, permettez-moi de m’inquiéter encore un peu pour le centre-ville.J’ose espérer que la construction d’une tour verte au projet M n’aura pas pour effet de donner un autre coup dans les flancs du centre-ville. Il ne faudrait pas remplir cette tour en vidant le centre-ville de ses professionnels attirés par une vitrine sur la 20.J’ai cependant des craintes quand je regarde l’historique du projet M au niveau du commerce de détail. Même que ça me donne un peu le vertige…

image