11 avril 2013
De l’Union Saint-Joseph à La Survivance (2)
Par: Le Courrier
Page couverture du livret de « Constitution et règlements de l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe fondée le 29 septembre 1874, (1907) ».

Page couverture du livret de « Constitution et règlements de l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe fondée le 29 septembre 1874, (1907) ».

Les premiers pas

publicité

Le 11 octobre 1874, sous la présidence de Louis Côté, une première réunion rassembla 37 personnes qui devinrent membres de l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe sur paiement d’une cotisation de 25 cents. Les membres présents élirent les premiers officiers de l’organisme.

Les premiers pas

Jusqu’à mai 1890, la cotisation mensuelle des associés était de 25 cents. La contribution au décès coûtait, pour chaque associé, la somme de 50 cents. À cette occasion, la veuve ou les orphelins touchaient la somme de 100 piastres.

Jusque-là, en 1890, les opérations de l’Union Saint-Joseph étaient limitées au territoire de la ville de Saint-Hyacinthe. Le conseil municipal fournissait gratuitement le local et l’éclairage pour les réunions qui se tenaient au deuxième étage du Marché. Cette année-là, Mgr Moreau devenu évêque de Saint-Hyacinthe adressa une lettre circulaire, datée du 1 er avril 1890, au clergé du diocèse lui demandant de favoriser l’implantation de succursales dans les paroisses. Sa lettre commençait comme suit : « Je viens vous entretenir de l’Union Saint-Joseph, société religieuse de bienfaisance, qui est établie à Saint-Hyacinthe depuis une vingtaine d’années et y fonctionne très bien. À part les membres des professions libérales, tous les autres catholiques y ont accès pourvu, cependant, qu’ils accomplissent fidèlement leurs devoirs religieux et qu’ils pratiquent assidûment la tempérance. Le nombre des associés est aujourd’hui de près de 400 et tend continuellement à s’accroître. […] Dans les paroisses où cette société n’est pas établie et où il serait désirable de l’y établir, j’aurai encore pour agréable qu’il se forme des succursales ou sociétés soeurs de cette Association […] ». À cette date, des succursales étaient déjà établies à Saint-Athanase, Saint-Hugues, Saint-Théodore-d’Acton, Saint-Éphrem-d’Upton, Acton Vale, Roxton Falls, Saint-Dominique, Saint-Pie, Marieville, L’Ange-Gardien, Saint-Jean. On notera, à la lecture de cette lettre, que l’Union Saint-Joseph était réservée à la classe ouvrière et que les membres des professions libérales n’y étaient pas admis, sauf pour les prêtres qui, à titre de chapelain, pouvaient participer aux réunions, mais sans droit de vote comme mentionné dans les règlements.

Incorporation de la Société

Pendant une quinzaine d’années, l’Union Saint-Joseph avait fonctionné comme une association bona fide, c’est-à-dire, sans incorporation légale. À la suite d’une pétition présentée à la législature de la province de Québec, l’Association obtint son incorporation sous le nom de « L’Union Saint-Joseph de St-Hyacinthe » le 12 juillet 1888, avec siège social dans la ville de Saint-Hyacinthe. Quatre ans plus tard, le 24 juin 1892, cet acte était abrogé et remplacé par un nouvel acte d’incorporation sous le nom de « L’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe » afin, selon les pétitionnaires « qu’elle jouisse de droits et privilèges plus étendus et mieux définis ». Dans cet acte, l’objet de la Société était décrit comme suit :

4. L’objet de la dite corporation est de secourir ses membres dans le cas de maladie ou d’incapacité de travailler, d’accorder des secours et de conférer d’autres avantages aux veuves, aux enfants et héritiers ou légataires de ses membres. Cette charte de l’Union Saint-Joseph, avec ses amendements par le Statut VII, Georges V, Chapitre III de 1919 a été maintenue en vigueur jusqu’au 8 avril 1938, date de l’entrée en vigueur de la charte de La Survivance, compagnie mutuelle d’assurance-vie, en vertu de laquelle cette dernière prenait la responsabilité de la clientèle, l’actif, les droits et privilèges, ainsi que du passif et des obligations de l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe.

Règlements de la Société

En vertu de l’article 8 de sa charte, l’Union Saint-Joseph était autorisée à faire des règlements pour tout ce qui concernait sa régie et sa bonne administration. Parmi les dispositions que l’on retrouve habituellement dans ce type de société, il y a lieu de s’arrêter sur quelques règles qui étaient propres à l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe.

Admission des membres

44. Pour devenir membre de cette association, il faut que l’aspirant ait atteint l’âge de 19 ans révolu, et qu’il ne dépasse pas celui de 45 ans révolu; 45. Qu’il soit Canadien-Français ou reconnu comme tel; 46. Qu’il soit Catholique Romain, régulièrement fidèle à ses devoirs, et remplissant l’obligation pascale; 47. Qu’il n’appartienne à aucune société secrète, ou autre association improuvée par l’Église; 48. Qu’il soit connu pour jouir d’une bonne réputation, et d’une sobriété chrétienne; 49. Qu’il appartienne à la classe travaillante « toute classe professionnelle exceptée ». […] Les membre du clergé séculier pourront être admis membres actifs, attendu qu’ils ne sont pas considérés comme appartenant à une classe professionnelle.

image