23 juillet 2020
Centre-ville
De nouveaux visages à la SDC
Par: Rémi Léonard

Stéphan Rhéaume est maintenant président du conseil d’administration de la SDC centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Avec un nouveau président et la moitié de son conseil d’administration renouvelé, la Société de développement commercial (SDC) du centre-ville de Saint-Hyacinthe affiche aujourd’hui un visage passablement transformé.

Publicité
Activer le son

Les six administrateurs se sont rencontrés pour la première fois le 13 juillet, choisissant Stéphan Rhéaume, de la boutique Strauss, comme successeur à Jausée Carrier, qui a démissionné de la présidence en juin. Gabriel Morier, de la boutique M.O. David Lorenzo, et Marie-France Millette, de la boutique Commun-Tricot, ont également rejoint le conseil d’administration après leur élection le 30 juin lors de l’assemblée générale de l’organisme. Ils remplacent ainsi le photographe Patrick Roger et le chef Richard Marquis, de L’Espiègle, qui ont quitté en même temps que Mme Carrier.

En entrevue au COURRIER, le nouveau président n’a pas caché que les arrivants dont il fait partie apportent nécessairement une plus grande représentativité pour le commerce de détail, un rééquilibrage qui s’avérait nécessaire, selon lui. Stéphan Rhéaume insiste toutefois pour ne pas négliger pour autant les autres commerçants ou les professionnels. « On pense à tout le monde », a-t-il assuré, parlant d’un « mix commercial » à maintenir au centre-ville.

Tourné vers l’avenir

Stéphan Rhéaume a aussi voulu souligner la qualité des administrateurs qu’il rejoint au sein du CA, des gens dévoués, a-t-il commenté en parlant des trois autres membres élus, soit Annie Vaskuthy, de Pika Design, Bianca Savoie, de la boutique Kubik, et Sylvie Poirier, de la Lingerie Lalonde. Il a rapporté un premier contact fort positif et une volonté partagée de « regarder vers l’avant », surtout compte tenu du « moment particulier » que traverse le commerce de détail avec la crise liée à la pandémie de COVID-19.

L’orientation qu’il souhaite voir la SDC prendre à partir de maintenant est d’ailleurs de se concentrer sur les services offerts aux membres. « La SDC n’est pas là pour être un organisme paramunicipal, elle doit être avant tout au service des gens qui paient les cotisations », a défendu l’homme d’affaires maskoutain. Ce qui ne veut pas dire de cesser de « travailler main dans la main avec la Ville », a-t-il spécifié, ajoutant d’ailleurs vouloir « raffermir les relations » avec la Municipalité.

Notons que le conseil d’administration de la SDC compte aussi deux postes d’observateurs occupés par le conseiller Jeannot Caron, représentant de la Ville de Saint-Hyacinthe, et Sylvain Gervais pour Saint-Hyacinthe Technopole. Au moment de l’entrevue, le 14 juillet, ils n’avaient pas encore rencontré formellement le nouveau CA.

M. Rhéaume a également promis de consulter les membres et de s’assurer de rechercher leur accord avant d’implanter un projet, une référence évidente au dossier de la rue piétonne. Un tel déroulement « n’arrivera plus », a-t-il clairement fait savoir. À terme, il espère faire en sorte qu’un « courant de fierté revienne envers la SDC ».

Un retour en force pourrait par exemple se matérialiser l’été prochain, si les événements grand public peuvent à nouveau être organisés à ce moment. Stéphan Rhéaume a en effet laissé savoir que la programmation 2020 des Rendez-vous urbains, annulée en raison de la COVID-19, promettait des artistes de qualité. Avec un peu de chance, ce sera donc partie remise pour 2021.

image