3 juillet 2014
De retour en ville!
Par: Pierre Bornais
publicité

Comme des dizaines de milliers de personnes, j’ai déménagé le 1 er juillet, après plus de quarante années en milieu rural.

Et j’ai connu toutes les tribulations liées à ce genre d’opération. Car ce n’est pas l’affaire d’une seule journée, comme je l’ai appris à mes dépens.À priori, je n’avais plus souvenir de ce que signifiait ce « grand dérangement » d’un individu, et à plus forte raison quand il y a toute une famille à déménager!Je ne comprends pas ceux et celles qui y trouvent une certaine satisfaction, au point de répéter l’expérience sur une base régulière; à moins d’y être forcé, comme de raison.Faire ses boîtes, vendre la maison et préparer le transfert, voilà l’essentiel de l’opération; du moins c’est ce qu’un néophyte peut imaginer.Mais il y a tous les autres détails comme le changement d’adresse, obligatoire dans certains cas, mais fort répétitif.D’ailleurs, cette opération qui paraît simpliste permet d’apprécier certains grands services publics : une excellente note pour Communication Québec, mais à peine satisfaisante pour Postes Canada.Cette entreprise fédérale offre de rediriger le courrier personnel durant une certaine période moyennant des frais; rien par contre pour faciliter la tâche du « nomade ».En ce qui concerne Service Canada, on y placerait un robot pour distribuer le feuillet des numéros à appeler que personne ne verrait la différence.Mais me voilà revenu à Saint-Hyacinthe et c’est cela l’important!Désormais, je suivrai de plus près encore l’actualité municipale, car j’aurai intérêt à le faire à titre de citoyen à part entière et de chroniqueur.Il me sera aussi possible de vivre de l’intérieur l’évolution de cette communauté qui fait partie de ma vie depuis plus de 46 ans et qui m’a toujours tenu à coeur.C’est un nouveau départ!

image