11 avril 2013
De Roxton Pondà Chambly
Par: Martin Bourassa

La Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains a trouvé sa perle rare. Et encore une fois, elle a été incapable de la dénicher dans la région de Saint-Hyacinthe. Elle a remplacé une directrice générale installée à Roxton Pond par un directeur général résidant à Chambly, faute de mieux chez nous ou à l’interne.

Et pis après, direz-vous? En quoi le lieu de résidence d’un cadre ou d’un directeur d’organisme le rend-il plus apte qu’un autre à remplir son mandat?Ce n’est pas selon moi une question de compétence. Je ne le connais pas, mais je suis convaincu que Serge Gélinas a toutes les compétences professionnelles requises pour prendre en main notre chambre de commerce. Bon, je pensais ça de celle qu’il remplace.Comme quoi les curriculum vitae ne disent pas tout.Ce n’est pas une question de compétence, mais davantage de pertinence.Le rôle d’un directeur général de Chambre de commerce est de défendre les intérêts de ses membres, de faire du positionnement stratégique et de promouvoir l’organisation et sa région. Pour pouvoir vendre efficacement une région et une organisation, il faut d’abord et avant tout la connaître à fond et être crédible. Encore plus quand cette organisation orchestre des États généraux sur le développement économique de la MRC et essaie par tous les moyens d’attirer des investisseurs et des nouveaux résidants dans la région.À ce chapitre, la Chambre vient de rater une belle occasion de donner l’exemple et de corriger l’une des faiblesses qui a miné son action ces dernières années.« Ne pas être domicilié dans un milieu n’empêche pas d’y être présent » s’est défendu le nouveau venu en entrevue la semaine dernière. Il n’est pas le premier à lancer cette belle phrase. Le dernier en lice était le directeur général du Cégep de Saint-Hyacinthe quand il a motivé son déménagement forcé à Drummondville où sa conjointe venait d’être nommée directrice générale du cégep de l’endroit. À Drummondville, on recommande fortement aux gens qui occupent des emplois stratégiques de s’y installer. Mais à Saint-Hyacinthe, nous n’avons pas ce genre de considération.Dommage, j’aurais aimé que les États généraux se penchent sur cette question, à savoir si l’on devrait inciter davantage les gens que l’on recrute pour des postes stratégiques à venir y vivre. Même la directrice générale de l’organisme Forum 2020, dont la mission est justement de dynamiser le développement démographique dans la MRC des Maskoutains au moyen de l’immigration, ne réside pas sur le territoire qu’elle dessert. C’est assez gênant.En ce qui concerne M. Gélinas, on va quand même donner la chance au coureur, lui laisser le temps de faire ses preuves, à défaut de s’installer.On verra bien de quelle façon il fera sentir sa présence au quotidien.De toute évidence, il ne chômera pas et aura des journées bien remplies.Il devra trouver moyen d’être présent à Saint-Hyacinthe et à Chambly où il est conseiller municipal depuis 2009. Hâte de savoir s’il compte s’y représenter.

image