22 novembre 2018
De Temps Antan : le power trio de la musique trad
Par: Maxime Prévost Durand
Fort de son Félix remporté dans la catégorie Album de l’année - musique traditionnelle, le groupe De Temps Antan foulera pour la première fois les planches du Zaricot demain soir. Photo courtoisie

Fort de son Félix remporté dans la catégorie Album de l’année - musique traditionnelle, le groupe De Temps Antan foulera pour la première fois les planches du Zaricot demain soir. Photo courtoisie

Après avoir fait vibrer l’église de Saint-Bernard-de-Michaudville plus tôt cette année au Festival de musique traditionnelle Chantez-vous bien chez nous, le power trio De Temps Antan s’arrêtera pour la première fois de sa carrière au Zaricot, à Saint-Hyacinthe, ce vendredi, où il se promet une soirée des plus festives.

publicité

« On n’a jamais joué là encore, mais on en a entendu parler et on a très hâte de venir, soutient Pierre-Luc Dupuis, qui forme De Temps Antan avec Éric Beaudry et David Boulanger. C’était une demande qu’on avait pour cette tournée, de jouer dans des salles plus intimes où on peut s’amuser avec le public. Ça se veut un spectacle très festif et on se réserve quelques surprises, surtout à l’approche des Fêtes comme ça! »

Le groupe aura toutes les raisons de fêter, lui qui a remporté à la fin octobre son deuxième Félix en carrière dans la catégorie Album de l’année – musique traditionnelle pour son disque Consolez-vous. Son prédécesseur, intitulé Ce monde ici-bas, avait aussi reçu cette reconnaissance.

La signification des deux trophées est toutefois bien différente pour le groupe. Pour le premier, c’était l’accomplissement d’avoir réussi à créer un album avec de jeunes enfants dans la vie familiale de chacun des membres. Cette fois, c’est d’avoir traversé un changement au sein de la formation, alors qu’André Brunet, membre fondateur du trio, a quitté De Temps Antan pour rejoindre Le Vent du Nord. Cela a mené à l’arrivée de David Boulanger.

« Quand on gagne, ça n’apporte rien concrètement, mais c’est une très belle tape dans le dos. Ça nous réconforte dans nos choix et dans le travail qu’on a fait », témoigne Pierre-Luc Dupuis.

Il faut dire que De Temps Antan roule sa bosse depuis près de 15 ans. Né à même le légendaire groupe La Bottine Souriante, la formation a progressivement fait sa place dans le milieu de la musique traditionnelle, jusqu’à en devenir un pilier aujourd’hui.

« On a fait notre premier show en 2004, se souvient-il. Je pense que notre nom indique bien l’ambition qu’on avait. On avait formé un trio pour avoir l’occasion de faire des plus petites salles et pour s’en servir un peu comme un labo sur scène. On s’est fait prendre au jeu et il y a une demande qui s’est créée. »

Lettres de noblesse

Comme d’autres groupes actuels, De Temps Antan souhaite redonner ses lettres de noblesse à la musique traditionnelle en la rendant plus accessible, tout en gardant l’essence du genre.

« Depuis quelques années, je pense que le fossé a diminué entre l’univers de la musique traditionnelle et celui de la culture populaire », estime Pierre-Luc Dupuis.

Celui-ci a d’ailleurs été appelé à collaborer à la musique du film à succès La Bolduc, dont il a fait tout l’harmonica, l’accordéon et le tapage de pied. Grâce à ce projet, il a croisé la route de la comédienne Debbie Lynch-White, laquelle a ensuite posé sa voix sur la pièce « Quand le jupon dépasse », qui se retrouve sur l’album Consolez-vous.

« La musique, c’est ça. Ce sont des rencontres. J’ai collaboré avec elle pour le film et une amitié s’est développée. Pour cette chanson, on voulait avoir une comédienne, à la voix forte et féminine, et on trouvait que ça cadrait bien avec Debbie. »

Sur Consolez-vous, qui a célébré tout récemment une année d’existence, la voix a pris une place importante, tant pour accompagner la musique que pour en faire. « Quand on a terminé l’album, on a remarqué que c’était très chantant. Même dans les pièces instrumentales, on a ajouté des voix comme un instrument », fait remarquer Pierre-Luc Dupuis.

Une grande partie de cet album sera par ailleurs jouée vendredi soir au Zaricot. « Ça prend des allures un peu plus rock en spectacle, avec des moments plus tranquilles aussi. On s’amuse beaucoup sur scène », souligne-t-il. Et le public aura assurément beaucoup de plaisir lui aussi.

image