9 novembre 2017
Début des travaux du Faubourg Laframboise
Par: Le Courrier
Sur la photo de gauche à droite, les promoteurs immobiliers maskoutains, Yan Jubinville et Jean-Denis Major. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Sur la photo de gauche à droite, les promoteurs immobiliers maskoutains, Yan Jubinville et Jean-Denis Major. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les promoteurs immobiliers maskoutains Jean-Denis Major et Yan Jubinville ont donné le coup d’envoi des travaux de construction du Faubourg Laframboise, un important projet locatif qui sera situé sur le site des anciennes usines E.T. Corset et Goodyear.

Publicité
Activer le son

Représentant un investissement de l’ordre de 30 M$, le Faubourg Laframboise regroupera à terme six bâtiments comptant 164 appartements de taille 3 et demi, 4 et demi, 5 et demi et des penthouses.
Les promoteurs ont acquis le site situé au coin de la Delorme et du boulevard Laframboise, des propriétaires Stéphane Arès et Fernand Mathieu.
« Vers la fin juillet, Stéphane Arès m’a informé que l’ancien promoteur serait prêt à céder sa place. Comme mon partenaire et moi étions à la recherche d’un projet immobilier, nous avons sauté sur l’occasion et négocié une entente qui s’est signée début août », explique Jean-Denis Major.
L’ex-promoteur immobilier, le groupe Bellus de Brossard, proposait des condos de luxe à la vente. Son projet de complexe résidentiel qui ne verra jamais le jour avait pour nom Le Faubourg de la gare.
Jean-Denis Major dit avoir réalisé une prouesse en bouclant son projet sur une période de dix semaines.
« Dans ce laps de temps, nous avons obtenu l’approbation du Comité consultatif d’urbanisme pour le Programme d’implantation et d’intégration architecturale, l’accord du conseil municipal et le permis de construire », souligne M. Major. Le mandat d’architecture a été confié à la firme maskoutaine, Justin Viens architectes.
« Les caractéristiques architecturales marquantes de l’ancien édifice seront intégrées dans le nouveau projet telles que la tourelle, les fenêtres verticales et les bandes qui rappellent l’évolution de l’ancien édifice dans le temps », précise l’architecte, Julie Lussier.
« Nous n’utiliserons pas une brique contemporaine, mais plutôt une brique qui rappellera par sa couleur les anciens bâtiments industriels », poursuit-elle.
La tourelle vitrée qui symbolisait l’ancien fabricant de corsets sera reproduite intégralement et selon les mêmes dimensions que l’élément architectural d’origine.
Le premier immeuble comprendra 16 logements et deux penthouses répartis sur cinq étages. Ces appartements seront disponibles à la location dès le mois de juillet 2018. 

image