22 octobre 2015
Déception pour le bloquiste Filion
Par: Jean-Luc Lorry
Le candidat bloquiste, Michel Filion. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le candidat bloquiste, Michel Filion. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Bloc québécois n’a pas réussi à reprendre son ancien château-fort dans Saint-Hyacinthe/Bagot. Son candidat Michel Filion a terminé la course à la troisième place en récoltant 13 230 votes, soit 24,4 % des suffrages.

Publicité
Activer le son

« C’est un résultat qui n’est pas encore à la hauteur de ce que nous espérions. ­J’aurais préféré que nous ayons la balance du pouvoir et que ce ne soit pas un ­gouvernement libéral majoritaire », a ­déclaré Michel Filion, en entrevue au COURRIER.

Le candidat bloquiste avait convié ses troupes à son local électoral pour connaître au fil des heures les résultats de cette élection fédérale qui a porté au pouvoir le libéral Justin Trudeau.

« Je ne m’attendais pas à une vague libérale aussi importante et que les rouges soient si forts. Qui va mener la charge au nom du ­Québec dans l’opposition à Ottawa? », s’est questionné inquiet M. Filion. À l’échelle de la province, le Bloc ­québécois a réussi à faire élire dix députés comparativement à quatre en 2011. Son chef Gilles Duceppe qui a été défait dans Laurier-Sainte-Marie n’a pas encore annoncé ses intentions de rester ou pas à la tête de sa formation politique.

À l’échelle de la province, le Bloc ­québécois a réussi à faire élire dix députés comparativement à quatre en 2011. Son chef Gilles Duceppe qui a été défait dans Laurier-Sainte-Marie n’a pas encore annoncé ses intentions de rester ou pas à la tête de sa formation politique.

Commentaires d’un ex

L’ancien parlementaire de la scène ­provinciale, Léandre Dion, a suivi avec un oeil averti la soirée électorale en compagnie de l’équipe bloquiste.

« Michel Filion n’était pas très connu à Saint-Hyacinthe. Ce n’était pas une ­personne publique comme l’est Mme Sansoucy. Personne n’a vu arriver cette vague libérale qui a tout renversé sur son passage », a commenté l’ex-député ­péquiste de Saint-Hyacinthe.

Même s’il ne partage pas la pensée politique du nouveau premier ministre du Canada, M. Dion s’est dit surpris de la performance de Justin Trudeau.

« Je ne suis pas un fidèle des Trudeau. Le Québec a été très mal servi par eux. Mais il faut admettre que Justin Trudeau a fait un progrès énorme entre le début et la fin de la campagne. C’est un gars ­brillant et l’on verra s’il sera capable de faire face à la musique », a mentionné M. Dion.

Aujourd’hui retraité de la vie politique, Léandre Dion a été élu en 1994, puis réélu en 1998 et en 2003.

image