8 août 2019
Major à la retraite et sportif
Décès de Jacques Nichols
Par: Martin Bourassa

Le major à la retraite Jacques Nichols avait participé au lancement du livre retraçant l’histoire du Régiment de Saint-Hyacinthe en avril 2018. Il posait alors en compagnie du lieutenant-colonel Steve Hétu et de Benoit Chartier, lieutenant-colonel honoraire du 6e Bataillon Royal 22e Régiment. Photothèque | Le Courrier ©

Un vétéran des Forces armées canadiennes et figure bien connue du badminton maskoutain est décédé au cours des derniers jours. Jacques Nichols s’est éteint le 30 juillet à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe à l’âge de 93 ans.

Il était l’un des patriarches de la longue lignée de la famille Nichols. Son frère l’Honorable juge Léon Nichols, décédé en mars 2011, a entre autres été maire de la Ville de Saint-Hyacinthe de 1968 à 1971. Les deux frères Nichols ont notamment été tous les deux membres du 6e Bataillon du Royal 22e Régiment.

Léon en avait même été nommé lieutenant-colonel honoraire en août 1969, puis fait membre honoraire de la Légion royale canadienne, selon les archives du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.

En avril 2018, Jacques Nichols avait pour sa part participé au lancement d’un livre retraçant l’histoire du régiment de Saint-Hyacinthe, dont il était l’un des plus anciens gradés à titre de major à la retraite. Il avait d’ailleurs cosigné la préface de l’ouvrage rédigé par Michel Litalien en compagnie de Richard Evraire, lieutenant-général à la retraite. Le major Nichols disait conserver un excellent souvenir de ses années de services dans les Forces, lui qui avait été intégré au Régiment à titre de réserviste le 1er mai 1944 à l’âge de 18 ans. Il a servi activement jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. « Mon passage au Manège militaire a été parmi les plus belles années de ma vie », avait-il raconté au journaliste du Courrier de Saint-Hyacinthe au printemps 2018.

Un sportif accompli

En novembre 2014, c’est pour ses exploits sportifs que nous avions rencontré M. Nichols pour l’entendre parler de sa grande passion pour le badminton.

Sportif accompli, il venait d’accrocher sa raquette à l’âge de 88 ans, lui qui était membre du Club de badminton de Saint-Hyacinthe depuis sa fondation en 1976. Il confiait alors avoir pratiqué ce sport chaque semaine depuis ses 20 ans, en plus d’apprécier la pratique du ski alpin, du hockey, du tennis, du baseball et de la course à pied.

Outre son épouse Hélène Poirier, M. Nichols laisse entre autres dans le deuil ses filles Suzanne et Élise, des petits-enfants ainsi que des arrière-petits-enfants.

Une liturgie de la parole sera célébrée le dimanche 18 août à 15 h en la chapelle du Mausolée Lalime de Saint-Hyacinthe.

image