22 mars 2018
Demande de soutien pour le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Madame la ministre Montpetit, par la présente, je souhaite vous informer qu’en janvier 2017, j’avais fait appel à votre prédécesseur, Luc Fortin, afin d’examiner les possibilités de rehausser le financement du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, qui voyait ses subventions s’amenuiser d’année en année.

Aujourd’hui, cet organisme culturel, implanté à Saint-Hyacinthe depuis des décennies, se trouve dans une situation de plus en plus inquiétante à la suite de l’annonce de la réforme du financement de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), qui menace de sabrer dans les subventions de sept centres d’archives privés agréés à travers la province.

Bien que le conseil d’administration de la BAnQ vienne tout juste de confirmer l’agrément du service d’archives privées pour 2018-2020 au Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, celui-ci craint tout de même de perdre son financement annuel de 29 700 $, qui assure sa survie depuis de nombreuses années. S’il devait perdre ce montant – en plus du manque à gagner déjà mentionné à votre prédécesseur -, une mise à pied serait inévitable et les répercussions sur les services qu’il offre seraient immédiates, d’autant plus qu’il figure parmi les deux seuls centres d’archives privés agréés et financés par la BAnQ sur le territoire de la Montérégie-Est.

L’autre, la Société historique Pierre-de-Saurel, dessert uniquement les MRC Pierre-De Saurel et Marguerite-D’Youville. Le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe demeure donc le seul centre d’archives privé agréé opérant dans les MRC des Maskoutains, d’Acton, de la Vallée-du-Richelieu et de Rouville. L’abandon du financement du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe signifierait donc une interruption de services pour de nombreux citoyens et chercheurs.

D’autre part, cette annonce de la BAnQ survient alors que la Ville de Saint-Hyacinthe a annoncé, en août dernier, le développement d’un pôle culturel majeur au centre-ville, au cœur duquel se situeront les nouveaux locaux du Centre d’histoire de Saint- Hyacinthe, ouverts au public. Cet ajout à la mission du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe sera majeur. Il deviendra un véritable musée régional dédié à l’étude, à la promotion et à la mise en valeur du patrimoine. Un sabrage dans le financement de cet organisme au moment même où il s’apprête à élargir sa mission serait catastrophique.

À la lumière de ces informations, je vous demande, Madame la Ministre, de considérer minimalement le maintien du financement récurrent de la part du gouvernement du Québec pour le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe. Avec ses 500 fonds et collections d’archives totalisant plus d’un kilomètre linéaire de documents textuels, ses 285 000 documents iconographiques, ses 140 000 cartes et plans ainsi que son service de généalogie, le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe constitue une source intarissable d’information pour les chercheurs et les citoyens de notre région. Il est donc impératif de préserver cet organisme dont la légitimité n’est plus à prouver dans notre communauté.

En espérant une réponse favorable de votre part, recevez, Madame la Ministre, mes salutations distinguées.

Chantal Soucy
Députée de Saint-Hyacinthe 

image