1 octobre 2020
Denis Bouchard, en solo pour Bang!
Par: Maxime Prévost Durand

Seul sur scène, Denis Bouchard reprend sa pièce Bang! dans une lecture qu’il propose en incarnant tous les personnages. Photo Mélany Bernier

Alors que ses autres projets de théâtre ont été bouleversés depuis le début de la pandémie, le comédien Denis Bouchard a cru bon profiter du retour graduel dans les salles de spectacles, cet automne, pour ressortir sa pièce Bang!, qu’il propose sous la forme d’une lecture, seul sur scène. Mais il s’en est fallu de peu pour que ce plan soit aussi compromis.

Publicité
Activer le son

Avec des mesures plus restrictives annoncées pour certaines régions par le gouvernement québécois, lundi, les salles de spectacles en zone rouge devront fermer leurs portes pratiquement tout le mois d’octobre. Heureusement pour lui, une seule représentation de sa tournée automnale figure, pour l’instant, parmi les salles touchées. Un arrêt est donc toujours prévu au Centre des arts Juliette-Lassonde, le samedi 10 octobre, tant que Saint-Hyacinthe demeurera en zone orange.

En entrevue au COURRIER, mardi, Denis Bouchard a dit se sentir « privilégié » de pouvoir continuer ses lectures. Mais il avoue avoir eu peur de se faire refaire le coup.

« J’avais une grosse tournée en avril et en mai [pour la pièce Le dernier sacrement] qui a été arrêtée. Tout avait été reporté à septembre et octobre, mais ça a dû être remis plus loin en 2021. Je pensais que je me retrouverais en année sabbatique. Finalement, on m’a offert de faire la lecture d’une de mes pièces. »

Sans trop savoir laquelle choisir, Bang! s’est finalement imposée d’elle-même en raison de son sujet. Cette pièce a beau avoir été écrite il y a plus de 15 ans, elle est plus d’actualité que jamais. Même qu’elle avait un petit quelque chose de prémonitoire.

Le personnage principal, Charles, ne sort pratiquement pas de chez lui et communique avec les autres sur des écrans géants dans son condo, un peu à la manière de Zoom. Mais lorsqu’il sort enfin de chez lui, ça tourne mal. Il se réveille, le lendemain matin, couché sur son divan, tout habillé, avec du sang sur sa chemise. Il tentera de reconstituer la soirée de la veille pour comprendre ce qu’il lui est arrivé.

Pour que la pièce résonne encore plus avec la réalité que nous avons vécue dans les derniers mois, soit d’être enfermé chez soi et de garder contact avec ses proches grâce à la technologie, Denis Bouchard l’a carrément adaptée pour que l’histoire se déroule en temps de pandémie.

« C’est une pièce qui a pris une couleur différente avec ce qu’on a vécu, mentionne-t-il. […] Je pense que l’œuvre est encore meilleure qu’à l’époque pour ça. »

Bien que les conditions sont loin d’être optimales pour jouer, il était impératif pour le comédien de retrouver la scène le plus rapidement possible. « Un acteur, ça doit acter. C’est comme pour un athlète. Même si les Olympiques sont remis, il n’arrête pas de s’entraîner. Sinon, tu rouilles. On doit tenir la forme et [la lecture de cette pièce] est une façon que j’ai trouvée. »

S’il semble encore loin le jour où le théâtre pourra reprendre comme avant, Denis Bouchard se montre tout de même optimiste quant au futur de cet art vivant. « Ça va être long, mais ça va repartir. Ça a toujours survécu, aux guerres et aux pandémies. On va passer au travers. »

image