9 octobre 2014
Dérapage en santé
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Je dénonce ici un comportement condamnable dans le système de santé parce que si je ne le fais pas, j’en deviens complice. Le 5 janvier 2014 : mon épouse souffre d’un problème respiratoire grave dû au fait que la luette enfle et bloque les voies respiratoires. C’est la troisième fois que cet incident se produit, toujours au même moment de l’année et en fin de semaine par surcroît. Le stress augmente et complique davantage la situation. Cette fois-ci, je décide d’utiliser le service d’ambulance qui offre de l’oxygène au patient en détresse.

Dimanche soir, 23 h, elle parvient à l’urgence d’Honoré-Mercier. On lui retire l’oxygène et l’expédie à la salle d’attente sans même lui donner de cubes de glace pour faire désenfler la luette. Nous passons la nuit assis sur une chaise droite; à 11 h le lundi matin, mon épouse s’adresse à l’infirmière de la salle de triage et lui demande quand elle pourra voir le médecin. Réponse : pas avant 18 h. Il aurait donc fallu attendre au moins 19 h et encore là, rien de certain, ce qui est tout à fait déraisonnable. La situation s’étant rétablie, nous quittons l’urgence dans l’impossibilité de voir un médecin en un temps raisonnable.

Le 28 mars 2014 : on nous facture 168.75 $ en frais d’ambulance parce que nous n’avons pas vu le médecin. Je demande une révision dans laquelle je cite tout ce qui précède et davantage. Le 20 juin 2014 : on nous refile la même facture sans aucune autre considération. Il est clair que j’ai eu affaire à des gens bornés et je m’estime victime du système.

Nous avons contribué toute notre vie au financement du système de santé; nous le faisons encore et c���est très bien ainsi. Sa situation ne pourra jamais s’améliorer si le gouvernement ne change pas les paramètres suivants. Les destinées du système de santé ont été confiées à des administrateurs incompétents qui l’ont conduit au bord du gouffre. Les médecins spécialistes qui font partie des mieux nantis au Québec agissent en enfants gâtés (ex. : 200 $/heure pour assister à une réunion). Trop d’usagers ont abusé de ce système avec la complaisance des administrateurs.

La situation est d’autant plus exaspérante lorsque l’on sait que le premier ministre Couillard s’est permis d’exercer la médecine à l’étranger en omettant de déclarer ses revenus au fisc québécois, que le ministre Bolduc a encaissé une double rémunération, soit de médecin et de politicien et que le ministre Barrette s’est vu octroyer une prime de séparation de plus d’un million de dollars pour quitter la médecine et se lancer en politique à mes dépens, entre autres. Et on facture des frais d’ambulance à mon épouse qui l’a utilisé pour la première fois de sa vie à l’âge de69 ans et dans des conditions précitées.

Merde, ça suffit l’exploitation. À mon âge, je ne peux changer le monde à moi tout seul, mais je peux changer d’attitude envers le système. Message à la Fondation Honoré-Mercier qui vient tout juste de me demander une aide financière : votre requête est allée tout droit à la déchiqueteuse et il en sera de même pour toute autre requête de ce genre. Voilà pour une première opération et d’autres suivront, croyez-moi.

image