9 juillet 2020
Forum
Dérogations municipales
Par: Le Courrier

Le projet Le Concorde, qui verra le jour au centre-ville dans les prochains mois. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pour une deuxième fois au centre-ville, la Ville de Saint-Hyacinthe déroge à sa propre réglementation. La première fois, c’était pour la rénovation du Marché Centre où il était spécifié, selon le règlement 381, qu’il fallait préserver le caractère d’origine en lien avec la conservation de son authenticité et de sa valeur historique très importante. Cette fois-ci, c’est le nouvel immeuble sur l’avenue Concorde Nord (Le Concorde) qui en fait les frais.

Publicité
Activer le son

En diminuant les marges d’un côté de 3 m à 1,5 m et de 3 m à 0 m de l’autre. En diminuant le pourcentage de maçonnerie comme revêtement extérieur de 70 % à 55 % et 50 % sur deux cotés, et de 70 % à 35 % et 30 % sur les deux autres côtés. Je ne sais pas si quelqu’un a remarqué, mais il n’y a pas un côté pareil. Un peu bizarre, non? Surtout que Concorde Nord est une des principales voies d’accès au centre-ville. Sans oublier que, via un PPCMOI antérieur, la hauteur ainsi que le nombre d’étages avaient déjà été augmentés et autorisés (par la Ville).

Encore une fois, la Ville déroge à sa propre réglementation, c’est peut-être un signe qu’elle (la réglementation) n’est plus adaptée aux besoins. La preuve, les deux dernières nouvelles constructions au centre-ville, celle sur l’avenue Saint-Denis et la future nouvelle Place Frontenac, ont nécessité des dérogations mineures elles aussi, en 2016 et 2020 respectivement. Pour le changement à la hauteur de l’immeuble de l’avenue Saint-Denis, la conseillère municipale Nicole Dion Audette avait mentionné, dans Le Courrier en 2016, que la dérogation mineure ne visait que cet immeuble. Que la Ville ne voulait pas que cela affecte toute la zone!

Selon moi, pour le projet Le Concorde, je crois qu’il y a quelqu’un qui s’est trompé en calculant qu’il était possible de construire 52 logements à cet endroit, et ce, en se basant sur la dimension du terrain et non pas sur ce que permet la réglementation. Vous savez, ça arrive de se tromper. Il n’y a pas de mal à cela. Mais on ne corrige pas une erreur par une autre.

Que dira-t-on de cet immeuble dans 25 ans? Qu’à cause d’une erreur de calcul, plutôt que d’ajuster le nombre de logements promis, ils ont préféré le construire « sur la ligne »! Mais aussi que, pour sauver quelques dollars, la Ville (ou l’OHMA) a construit un immeuble fortement réduit en maçonnerie contrairement à ce qui est demandé à tous les autres citoyens (PIIA-3).

Pourquoi l’OHMA ne veut-elle pas bâtir un immeuble respectant la réglementation? À l’inverse de cette demande de dérogation, pourquoi l’OHMA ne bâtirait-elle pas un immeuble qui serait un exemple pour les autres à venir au centre-ville? Un immeuble qui, dans 25 ans, nous rendrait encore tous fiers collectivement même s’il n’y a pas 52 logements.

Daniel Malenfant, Saint-Hyacinthe

image