30 avril 2020
Bertrand Godin
Derrière le volant, même en confinement
Par: Maxime Prévost Durand

Bertrand Godin profite du confinement pour disputer plusieurs courses virtuelles aux commandes de son simulateur. Photo gracieuseté

Même en confinement, Bertrand Godin trouve refuge derrière un volant. Installé dans son simulateur de monoplace, il participe depuis quelques semaines à des courses virtuelles, une façon de garder la forme et les réflexes aiguisés.

Publicité
Activer le son

Le pilote maskoutain s’est notamment joint à la série de courses DRIVR Simulation organisée par l’Autodrome Granby et le RPM Speedway sur la plateforme iRacing. Plusieurs pilotes réguliers s’y retrouvent, dont les Maskoutains Maxime et Josianne Plante ainsi que le Saint-Pien François Adam. Ces courses sont même diffusées en direct, sur la page Facebook de l’Autodrome Granby, avec le descripteur habituel, Anthony Marcotte, et elles attirent plusieurs centaines de spectateurs virtuels.

« On s’y croirait vraiment », lance Bertrand Godin, impressionné par les efforts déployés par l’Autodrome Granby et son propriétaire, Dominic Lussier.

« Je me sens honoré de faire ces courses avec ces pros de la terre battue », a-t-il ajouté.

L’engouement a été tel qu’il y a présentement trois soirées de courses, l’une pour la classe Dirt le vendredi soir, comme le veut la tradition de l’Autodrome Granby, puis deux autres pour les classes All-Star et Relève. Pas moins de 200 pilotes y participent au total.

« Ça a pris une ampleur surprenante », reconnaît Dominic Lussier, heureux que l’initiative ait trouvé cette forme de succès.

Même si ces courses sont virtuelles, elles sont prises très au sérieux. Les pilotes n’ont pas intérêt à être trop téméraires ou à jouer du coude puisqu’ils peuvent être pénalisés tout autant qu’ils le seraient sur une vraie piste.

« Les erreurs ont moins de répercussions financières [parce que les dommages ne sont pas réels], mais le logiciel tient compte des règles et un pilote peut être sanctionné s’il ne les respecte pas », explique Bertrand Godin.

En plus de ces courses, il s’est amusé depuis le début du confinement à faire quelques autres épreuves, que ce soit au volant d’une Porsche ou d’une camionnette de Nascar.

Son grand plaisir, sur un autre logiciel appelé ProjekCar2, est de tenter de réaliser des records de vitesse sur différents circuits du monde. « J’ai sept records en ce moment », dit-il avec fierté, en énumérant les pistes de Monaco, Barcelone et Le Mans.

Bertrand Godin participera également à compter de dimanche à la série canadienne de cinq courses simulées de Stock Car Montréal, au sein de laquelle s’élancera notamment Alexandre Tagliani.

Pour chaque course à laquelle le pilote maskoutain participe, il remet un montant de 25 $ à la fondation GuardRX, impliquée dans la course au vaccin de la COVID-19. Une façon de joindre l’utile à l’agréable.

image