6 août 2015
Expo de Saint-Hyacinthe
Des activistes perturbent le rodéo
Par: Jean-Luc Lorry
Des activistes perturbent le rodéo

Des activistes perturbent le rodéo

Le rodéo extrême qui a rassemblé ­pendant deux jours sur le site de l’Expo de Saint-Hyacinthe les meilleurs ­cow-boys et cow-girls du Québec a été perturbé samedi dernier par un coup d’éclat de l’association Terriens, un groupe de défense des droits des animaux.

Publicité
Activer le son

Militant contre la cruauté animale, ­Frédéric Thériault a grimpé sur une petite plate-forme située en haut d’un ­lampadaire de plusieurs mètres.

Au sommet de celui-ci, l’homme a ­déroulé une banderole où l’on pouvait lire « abolissons les rodéos ». Ce militant a répété plusieurs fois ces mots à l’aide d’un porte-voix.

Au sol, deux autres activistes s’étaient menottés à la massive clôture située à l’avant des estrades pour exprimer leur opposition à la tenue de rodéos.

« Ces activistes avaient fait diversion. Policiers, ambulanciers et pompiers furent dépêchés sur les lieux pour gérer cette situation », indique François Brouillard, directeur général de la Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe.

L’homme perché au haut du ­lampadaire est redescendu de lui-même, après que les policiers aient discuté un certain temps avec lui. La Sûreté du ­Québec a ­ensuite procédé à son ­arrestation pour avoir troublé la paix et l’ordre public, de même pour les deux autres ­personnes qui s’étaient menottées à une clôture en guise de protestation. Tous trois ont été libérés via une ­promesse à comparaître ultérieurement.

L’association Terriens a revendiqué sur les réseaux sociaux cette action et ­considère que les animaux sont soumis à du stress et d’intenses souffrances lors des épreuves de rodéo.

« Il est grand temps que Saint-­Hyacinthe reconnaisse les souffrances extrêmes et non nécessaires que génèrent les rodéos et que le maire décide d’abolir de son ­territoire ces pratiques dépassées », peut-on lire dans un document mis en ligne.

Le groupe Terriens invite la population à signer une pétition qu’il compte ­adresser au maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil.

« Lors de ces épreuves, je crois que celui qui risque le plus de se blesser est le ­cow-boy. Les animaux utilisés pour le ­rodéo sont coûteux et entraînés ­spécialement. Les propriétaires des bêtes m’ont assuré qu’ils prenaient grand soin de leurs animaux », précise M. Brouillard.

image