4 mai 2017
Des backflips au Zaricot?
Par: Olivier Dénommée
Saint-Hyacinthe est un des premiers endroits où Canailles propose son nouveau matériel, une semaine après la sortie de Backflips. Photo Flamme

Saint-Hyacinthe est un des premiers endroits où Canailles propose son nouveau matériel, une semaine après la sortie de Backflips. Photo Flamme

Le groupe Canailles se passe désormais de présentation, lui qui fait vibrer la scène folk québécoise depuis 2010. Après un EP et deux albums très bien reçus, l’octuor montréalais revient avec du nouveau matériel qu’il présentera au public du Zaricot ce vendredi 5 mai.

Publicité
Activer le son

Erik Evans (voix, mandoline, ukulélé) a bien hâte d’enfin présenter le fruit du travail du groupe. « Ça a été un an de grosse job, où il a été nécessaire de s’exiler dans un chalet pour composer. Avec la folie des tournées, ça nous prenait un temps loin de la ville, de nos emplois, de nos téléphones », explique-t-il. Pour lui, le cadeau à la fin de ce processus est le lancement, qui a eu lieu le 27 avril à Montréal. Le résultat : un album toujours festif et toujours difficile à décrire. « On n’a jamais pu mettre le doigt sur le genre musical, mais on explore encore un peu plus avec Backflips », ajoute Erik Evans, parlant d’influences hawaïennes ou d’un son près de celui des années 60. Ajoutons des influences du duo rock’n’roll Les Deuxluxes, qui a discrètement collaboré à l’album.

Bienvenue aux cabochons

« On es tout le temps bien reçu quand on vient à Saint-Hyacinthe, alors on a bien hâte d’y retourner! », confirme le musicien. Canailles présentera bien entendu ses nouvelles chansons (on s’attend déjà à ce que ça lève pas mal dès les premières notes de « Chu brûlé », tiré du nouvel opus), mais aussi ses incontournables. Pour ajouter au plaisir, on a invité Santosh Lalonde, chanteur de Bad Uncle, pour jouer en première partie de ce spectacle qui s’annonce survolté.

Qui est attendu au spectacle? « On espère voir une gang de cabochons et d’alcolos qui veulent fêter et danser avec nous », lance Erik Evans sur un ton moqueur. Ça promet! Le spectacle du vendredi 5 mai doit commencer à 21 h.

image