4 juillet 2013
… des contradictions par-là!
Par: Martin Bourassa

Au chapitre des contradictions relevées dans notre édition du 27 juin, la palme revient sans doute à la décision de la Ville de Saint-Hyacinthe de se tourner vers les tribunaux pour forcer la démolition d’une maison construite en 1869.

Une annonce qui survient la même semaine que le lancement par la MRC Les Maskoutains d’une initiative visant la mise en valeur et la promotion du patrimoine maskoutain : les Prix du Patrimoine. Mauvais timing, non?En tout cas, l’intervention de la Ville dans le dossier de la vénérable et vétuste demeure de Sainte-Rosalie ne fait pas l’unanimité. Certains lecteurs et amoureux du patrimoine bâti ont communiqué avec nous dans l’espoir de venir en aide à la propriétaire.Et pas moins de 60 % des quelque 649 répondants à notre question Internet trouvent le geste de la Ville déplacé. Peut-être jugent-ils que la Ville va trop loin ou qu’il ne lui appartient pas de décider de ce qui mérite d’être démoli ou pas, dans la mesure où la Santé publique n’a pas décrété un risque pour la santé des occupants.On comprend surtout que la Ville n’hésite pas à dépenser des fonds publics pour entreprendre un recours judiciaire contre la propriétaire, convaincu du bien-fondé et de la valeur de sa demande. D’où un questionnement légitime dans les circonstances : que fait cette même ville pour inciter les propriétaires démunis à entretenir leur résidence, pour les soutenir et pour les aiguiller dans leurs projets de rénovation?En fait-elle suffisamment pour eux et investit-elle son argent aux bons endroits?La question se pose il me semble. Peut-être y a-t-il là une piste à explorer afin de mettre au point un programme d’aide novateur dans le domaine du patrimoine.Un programme qui pourrait valoir à la Ville de Saint-Hyacinthe une place de choix parmi les prochains lauréats au Prix du patrimoine de la MRC.Pour l’instant, elle s’enligne plutôt vers le prix citron.

M.B.

image