12 octobre 2017
Malaise dans la salle d’attente
Des dentistes sauvent une vie
Par: Maxime Prévost Durand
Sur la photo, on aperçoit les Dres Mélissandre Chicoine, Mélanie Cox et Isabelle Beaudry qui ont uni leurs efforts pour réanimer une dame victime d’un malaise cardiaque.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Sur la photo, on aperçoit les Dres Mélissandre Chicoine, Mélanie Cox et Isabelle Beaudry qui ont uni leurs efforts pour réanimer une dame victime d’un malaise cardiaque. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Une femme dans la trentaine a été ramenée à la vie à la suite d’un arrêt cardiaque le 27 septembre. Les manœuvres rapides de réanimation cardiorespiratoire (RCR) et l’utilisation d’un défibrillateur ont joué un rôle crucial dans la survie de la dame.

publicité

La scène s’est déroulée au Centre dentaire Beaudry-Chicoine, sur l’avenue Raymond, à Saint-Hyacinthe. La dame accompagnait sa jeune fille à un rendez-vous et se trouvait dans la salle d’attente lorsqu’elle a été victime du malaise.
Rapidement, les trois dentistes du centre se sont portées à son secours et ont entamé les manœuvres de réanimation pendant qu’une autre personne signalait le 911. « Elle était bleue, se souvient la Dre Isabelle Beaudry. Au début je me disais qu’une personne allait mourir dans mes bras, mais on a pompé le cœur et elle est revenue à la vie. »
L’utilisation du défibrillateur externe automatisé (DEA) a permis de guider les dentistes au fil de leur manœuvre. « On a positionné les électrodes sur le corps et ça nous a dit de ne pas envoyer de choc », soutient Dre Beaudry, qui était accompagnée des Dres Mélissandre Chicoine et Mélanie Cox. Leurs techniques de réanimation étaient fraîches en mémoire puisqu’elles avaient mis à jour leur cours de RCR il y a à peine un mois.
Lorsque les ambulanciers sont arrivés sur place, la femme avait repris connaissance et pouvait parler. Elle a été amenée à l’hôpital de Saint-Hyacinthe, puis transférée à Montréal où elle devait être opérée en début de semaine.
Défibrillateur : obligatoire dans les cabinets
Depuis cette année, les cabinets dentaires sont tenus d’avoir dans leurs locaux un défibrillateur externe automatisé (DEA). Cette nouvelle mesure a été adoptée par le conseil d’administration de l’Ordre des dentistes du Québec en mai, alors qu’il actualisait le contenu de la trousse d’urgence de base.
« De notre côté, ça fait déjà quatre ans que nous avons un défibrillateur à la clinique, affirme Dre Beaudry. Mais c’était la première fois que nous avions à l’utiliser. »
Le conseil d’administration de l’Ordre a prévu un délai prenant fin en juillet 2018 pour permettre à tous les dentistes d’équiper leurs cabinets d’un défibrillateur externe automatisé ou de s’assurer que les cabinets où ils exercent en sont équipés.

image