26 mai 2011
Investissement de 4 M$ chez Unidindon
Des dindons anesthésiés avant l’abattage
Par: Jean-Luc Lorry

Les entreprises Olymel et Exceldor viennent d’investir quatre millions de dollars pour moderniser et réaménager le secteur de l’abattage à l’usine Unidindon dont ils sont propriétaires à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville.

Publicité
Activer le son

Avant d’être manipulées, les cages pouvant contenir jusqu’à 25 dindons sont dirigées vers une chambre où est diffusé du CO2 anesthésiant immédiatement les oiseaux.

Unidindon est la seule usine d’abattage de dindons au Canada à être dotée de cette nouvelle technologie. « Ce nouveau processus permet d’éliminer les blessures qui pouvaient parfois résulter de la manipulation des dindons. Cela facilite également le travail des employés affectés à l’accrochage », explique Martin Rondeau, vice-président aux opérations dans le secteur de la volaille chez Olymel.Traditionnellement, les dindons étaient accrochés conscients sur la chaîne d’abattage. Ensuite, ils recevaient un choc électrique avant l’étape de la saignée. Chaque jour, une vingtaine de camions alimentent l’usine en volaille en provenance du Québec et des Maritimes. Le déchargement des remorques est entièrement automatisé.L’installation d’un pont roulant permet la réception de cages plus volumineuses. Certains dindons peuvent peser jusqu’à 18 kilos. Unidindon est l’unique usine d’abattage de dindons au Québec et plus de 400 personnes y sont employées. L’entreprise dispose d’une capacité d’abattage d’environ cinq millions de dindons par année. La vitesse d’abattage est de 4 000 dindons légers à l’heure. En 2010, la consommation de dindon par habitant était de 4,3 kilos au Canada comparativement à 16,1 kilos aux États-Unis.

image