19 mai 2011
Concours d'écriture Ma plus belle histoire
Des élèves de la région couronnés
Par: Le Courrier
Les président et vice-président du Syndicat de l'enseignement Val-Maska Luc Allard et Luc Beauregard, l'enseignante coordonnatrice du projet Maude Vachon et la vice-présidente de la FSE Josée Scalabrini entourent les gagnants Ruben Camilo Sanchez Espana, Julien Perreault et Alexandre Béland Charron. Absent sur la photo : Kenny Roy.

Les président et vice-président du Syndicat de l'enseignement Val-Maska Luc Allard et Luc Beauregard, l'enseignante coordonnatrice du projet Maude Vachon et la vice-présidente de la FSE Josée Scalabrini entourent les gagnants Ruben Camilo Sanchez Espana, Julien Perreault et Alexandre Béland Charron. Absent sur la photo : Kenny Roy.

La Fédération des syndicats de l’enseignement, en collaboration avec la Centrale des syndicats du Québec, a dévoilé le nom des récipiendaires du huitième concours Ma plus belle histoire, dont les textes ont été publiés dans le recueil de nouvelles du même nom.

Publicité
Activer le son

Le concours s’adresse à tous les élèves du secteur de l’éducation des adultes, quel que soit leur service d’enseignement. À travers la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, quatre élèves se sont particulièrement distingués.

Kenny Roy, élève de Stéphanie Aubert au Centre de formation des Maskoutains, a non seulement été reconnu localement, mais il a aussi retenu l’attention du jury provincial. Son texte se retrouve donc dans le recueil, publié à 5 200 exemplaires et distribué à travers le Québec dans les milieux de l’éducation des adultes ainsi que dans les librairies indépendantes, dont la Librairie Daigneault fait partie. Au niveau local, trois autres finalistes ont mérité des mentions spéciales. Julien Perreault, avec son texte Le vécu de Julien comme bénévole, a fait état de ses expériences de volontariat et de ce qu’elles lui ont apporté. Ruben Camilo Sanchez Espana, dans son texte Un rêve, a raconté comment il était devenu l’homme de la maison après le meurtre de son père et comment sa famille avait réalisé un rêve qui lui était cher en venant s’établir au Canada.Finalement, le grand gagnant local, Alexandre Béland Charron, s’est démarqué avec son texte poignant Au revoir, qu’il a courageusement lu devant les enseignants lors de la présentation des lauréats. Sa nouvelle racontait les circonstances troublantes de l’accident tragique qui lui a arraché sa copine enceinte de leur premier enfant. S’il est beaucoup question de décrochage scolaire dans l’actualité, les syndicats enseignants souhaitent, par le biais de ce concours, mettre en relief les efforts et la détermination de celles et ceux qui ont choisi, parfois contre vents et marées, de s’accrocher, de raccrocher ou de s’intégrer dans une nouvelle société et de prendre ou reprendre leur place.

image