28 mai 2020
COVID-19
Des enfants testés positifs à Bois-Joli-Sacré-Cœur
Par: Martin Bourassa

Une troisième école primaire de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe est confrontée au virus depuis le retour en classe du 11 mai. Présents la semaine dernière à l’école Bois-Joli-Sacré-Coeur de Saint-Hyacinthe, des enfants d’une même famille y ont été testés positifs à la COVID-19. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les écoles de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) continuent d’être confrontées à des cas de COVID-19. Après Saint-Hugues et Douville à Saint-Hyacinthe, une troisième école a dû composer avec la présence du virus.

Publicité
Activer le son

Mardi, la santé publique a avisé la CSSH que « des enfants d’une même famille ayant été présents dans votre école (immeuble Sacré-Cœur et immeuble Bois-Joli) la semaine dernière ont été testés positifs à la COVID-19 ».

Le nombre exact d’enfants atteints n’a pas été précisé par les autorités. L’information a aussitôt été relayée aux parents concernés par la CSSH. « Puisque toutes les mesures sanitaires sont rigoureusement appliquées dans tous nos établissements, notamment la distanciation physique de deux mètres en tout temps, aucun élève n’est considéré avoir été en contact étroit avec cette personne. […] Actuellement, la santé publique ne décrète pas la fermeture de l’école », indique la lettre transmise aux parents.

La situation aux écoles Saint-Hugues et Douville, où une personne testée positive avait fréquenté ces établissements sans avoir été en contact étroit avec les élèves, n’a pas évolué.

La CSSH n’a reçu aucune nouvelle indication de la santé publique à l’égard de ces deux écoles. Des parents ont contacté ces écoles pour obtenir des précisions, mais le taux de présence des élèves inscrits se maintient autour de 45 % (-1 %) à Saint-Hugues et de 63 % à Douville, en hausse de 2 % depuis une semaine. Dans l’ensemble de la CSSH, le taux de présence pour la prochaine semaine sera de 56 %, en hausse de 1 %. Du côté de la CSSH, on signale que les enseignants sont au rendez-vous partout.

« Nous n’observons pas de variation dans le taux de présence au travail dans les écoles où il y a eu une situation de COVID-19 », a indiqué au COURRIER Esther Charrette, régisseuse aux communications à la CSSH.

image