19 août 2021
Des fermetures du Centre de consultation des femmes créent des désagréments
Par: Sarah-Eve Charland

La patiente a su que son rendez-vous était annulé par le biais de cette affiche. Photo gracieuseté

Ce qui devait être un rendez-vous joyeux s’est transformé en mauvaise expérience lorsque la fille de la citoyenne Ginette Bédard s’est rendue dernièrement au Centre de consultation des femmes à Saint-Hyacinthe. Après s’être butée à une porte close, elle a finalement choisi de se tourner vers le secteur privé.
Publicité
Activer le son

« Ma fille était anxieuse. Elle se faisait enlever son stérilet. Certaines personnes disaient que ça faisait mal ou qu’elles vivaient un choc vagal. Ce n’est pas un rendez-vous ordinaire. Elle avait rendez-vous ce matin-là et elle voit sur la porte que les rendez-vous ont été annulés. Elle n’a pas réussi à parler à quelqu’un. Ça devait être une belle journée. Elle allait pouvoir commencer sa famille, mais lorsqu’elle m’a appelée, elle était très émotive », raconte Mme Bédard.

C’est seulement après avoir contacté le bureau de la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, qu’elle a eu un retour d’appel. Au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, on assure pourtant que toutes les patientes avaient été contactées afin de déplacer leur rendez-vous. « Elle n’a jamais été appelée », renchérit Mme Bédard. La patiente n’a pas voulu déplacer son rendez-vous, préférant se rendre dans une clinique privée.

Le Centre, situé à l’intérieur de l’Hôpital Honoré-Mercier, offre divers services, dont les interruptions de grossesse. « Ce ne sont pas des choses banales. Ce sont des situations sensibles qui demandent de la délicatesse. La moindre des choses est de contacter les patientes », considère Mme Bédard.

Sur une feuille affichée sur la porte du Centre, on y indique que l’administration a décidé de fermer le Centre de consultation des femmes pendant 14 jours cet été. « Si vous aviez rendez-vous et que nous n’avons pas réussi à vous rejoindre, nous en sommes vraiment désolées », peut-on lire. L’administration ajoute même qu’il est possible de porter plainte en y mentionnant les coordonnées pour le faire.

Selon le CISSS de la Montérégie-Est, la clinique a réduit certaines journées durant l’été pour atténuer les difficultés relatives à la période estivale afin de minimiser les impacts sur les équipes médicales et sur l’ensemble du personnel des établissements de santé.

« Nous tenons à rappeler que la population ne doit pas s’inquiéter puisque le service demeure accessible et disponible. Tous les efforts sont fournis dans ce sens », soutient la porte-parole du CISSS de la Montérégie-Est, Catherine Domingue.

image