18 juin 2020
Municipalités rurales de la MRC
Des investissements manufacturiers totalisant 68,2 M$ en 2019
Par: Jean-Luc Lorry

En 2019, le fabricant d’équipements de déneigement Tenco, situé à Saint-Valérien-de-Milton, a investi 7,5 M$ pour agrandir ses installations et acquérir plusieurs équipements. Photo gracieuseté

Environ 10 M$ ont été investis l’an passé au Centre de traitement de la biomasse de la Montérégie, une entreprise privée située sur le Grand rang Saint-François à Saint-Pie. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Selon les données compilées par le service économique de la MRC des Maskoutains, les entreprises manufacturières des 16 municipalités rurales du comté ont investi 68,2 M$ l’an dernier, soit une augmentation de 26,8 M$ comparativement à 2018 (41,4 M$).

Publicité
Activer le son

Les investissements réalisés dans le secteur industriel se partagent principalement entre les municipalités de Saint-Pie (30,7 M$), Saint-Damase (12,9 M$) et Saint-Valérien-de-Milton (11,6 M$).

« En 2019, il y a eu des projets d’envergure dans la MRC, comme ceux des entreprises Tenco et du Centre de traitement de la biomasse de la Montérégie. Ces investissements importants démontrent l’attachement des entrepreneurs aux municipalités sur lesquelles leur entreprise est implantée. C’est bon signe », indique Luc Messier, conseiller au financement à la MRC des Maskoutains, en entrevue au COURRIER.

L’an dernier, le fabricant d’équipements de déneigement Tenco a investi 7,5 M$ pour agrandir ses installations de Saint-Valérien-de-Milton et acquérir des équipements.

« Nous avons agrandi de 50 000 pieds carrés notre usine à deux endroits distincts et nous avons installé des salles de peinture et de séchage. Nous avons également acheté des équipements pour la découpe au laser et des plieuses d’aciers », précise Daniel Beaudoin, président de Tenco, lors d’un entretien téléphonique.

Propriété de l’entreprise américaine Alamo Group, Tenco compte 180 employés. « Malgré la crise économique, nous recherchons du personnel pour des emplois de soudeur, peintre et manœuvre », mentionne M. Beaudoin.

« En raison de la pandémie, nous avons constaté un ralentissement marqué et notable au niveau des municipalités. Par contre, l’impact est moins important auprès de notre clientèle composée d’entrepreneurs spécialisés en déneigement », poursuit-il.

Les deux plus importants marchés de l’entreprise sont le Canada et les États-Unis suivis de la Chine.

Le Centre de traitement de la biomasse de la Montérégie (CTBM), situé sur le Grand rang Saint-François à Saint-Pie, est aussi en mode expansion. Benoit Paré, président et chef de l’exploitation, a précisé dans un courriel que les investissements réalisés l’an passé se chiffrent à environ 10 M$.

Le CTBM est une entreprise spécialisée dans la gestion et le traitement de matières résiduelles, et plus particulièrement celles provenant des industries agroalimentaires et commerciales. Ce centre dispose d’une capacité de traitement annuelle de 70 000 tonnes de boues de diverses sources.

Dans le secteur agricole, il s’est investi 35,6 M$ à travers la MRC. Ce montant a permis la réalisation de 129 projets d’investissement. « Les fermes situées sur le territoire de la MRC des Maskoutains sont des acteurs importants pour l’économie de la région », constate avec satisfaction Luc Messier.

Pertes d’emploi

Au chapitre de la main-d’œuvre, on dénombre 232 nouveaux emplois et 238 abolitions de postes, soit une perte nette de six emplois. « Un facteur majeur est le départ d’Emballages Mitchel-Lincoln de Saint-Pie en 2019 », justifie M. Messier.

Chez Mitchel-Lincoln, on avait motivé la fermeture de cette usine par la volonté de transférer les activités de l’entreprise dans la région de Montréal. Les Emballages Mitchel-Lincoln employaient 42 travailleurs à Saint-Pie.

L’automne dernier, Quéfer, un fabricant de pièces métalliques sur mesure situé dans le même périmètre, avait acquis les deux bâtisses industrielles vacantes de l’entreprise spécialisée dans l’emballage.

image