9 juin 2016
Des jeunes de l’ESSJ au pays des hommes libres
Par: Rémi Léonard
Tout le groupe devant le Wat Rong Khun, un temple bouddhiste de Chaing Rai. Photo courtoisie

Tout le groupe devant le Wat Rong Khun, un temple bouddhiste de Chaing Rai. Photo courtoisie

Les élèves de l’ESSJ à l’oeuvre pour la construction d’une remise dans leur village d’accueil. Photo courtoisie

Les élèves de l’ESSJ à l’oeuvre pour la construction d’une remise dans leur village d’accueil. Photo courtoisie

Vingt élèves de l’École secondaire Saint-Joseph reviennent d’un voyage dépaysant en Thaïlande, où ils ont pu découvrir l’authentique culture de l’endroit en séjournant dans un modeste village d’accueil dans les montagnes au nord du pays.

publicité

Les élèves du programme d’éducation internationale ont été accueillis en mars dans une communauté akha, un peuple autochtone asiatique, dont le village est situé « à flanc de montagne, entouré d’un paysage à couper le souffle », ont décrit les deux enseignantes responsables du stage, Manon Mendez et Susie Monette.

« Ils ont travaillé en compagnie des villageois à la construction d’une petite remise pour la communauté », précisent-elles. Après ce projet, ils ont de nouveau pris les sentiers montagneux de la région pour se rendre à pied dans une autre communauté autochtone, chez les Lahu cette fois, et ils ont terminé leur périple de 18 jours en visitant les villes de Chiang Rai et de Bangkok, la capitale. « Ils ont pu apprécier de magnifiques temples bouddhistes, la plus grande statue de Bouddha couché au monde ainsi que de magnifiques palais », ont rapporté les accompagnatrices.

Bien conscientes du caractère « hors de l’ordinaire » du voyage qu’elles ont organisé, Manon Mendez et Susie Monette croient fermement que « partager le vécu de gens moins favorisés, vivre leur quotidien et travailler avec eux est beaucoup plus formateur que tout ce qui peut être appris sur un banc d’école ».

Les jeunes qui ont pris part à l’expérience reviennent ainsi « le coeur rempli de nouvelles valeurs et avec une nouvelle compréhension du monde », concluent-elles.

image