12 octobre 2017
Terrain vacant E.T. Corset-Goodyear
Des logements plutôt que des condos
Par: Jean-Luc Lorry
L’ingénieur Jean-Denis Major fait son entrée dans le cercle des promoteurs immobiliers de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’ingénieur Jean-Denis Major fait son entrée dans le cercle des promoteurs immobiliers de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Maquette du futur complexe multilocatif, le Faubourg Laframboise, dessinée par l’architecte maskoutain Justin Viens.

Maquette du futur complexe multilocatif, le Faubourg Laframboise, dessinée par l’architecte maskoutain Justin Viens.

L’ambitieux complexe résidentiel appelé le Faubourg de la Gare qui devait prendre forme au printemps 2017 change de propriétaires, de vocation et de nom, a appris LE COURRIER.

publicité

L’ingénieur Jean-Denis Major et son partenaire d’affaires, Yan Jubinville, ont acquis le vaste terrain vacant qui appartenait à l’agent immobilier Stéphane Arès et à l’entrepreneur général Fernand Mathieu.
Les nouveaux propriétaires débuteront sous peu la construction du Faubourg Laframboise, un développement immobilier qui regroupera 164 appartements à louer répartis dans six édifices, dont certains d’une hauteur de six étages.
Ce complexe représentera à terme un investissement de 30 M$. Il sera érigé sur l’ancien site industriel où se trouvaient les manufactures E.T. Corset et Goodyear.
M. Major s’est engagé à reproduire à l’identique la tour vitrée de l’ancienne usine où étaient confectionnés des corsets.
Le projet initial nommé Faubourg de la Gare comptait 150 condos également répartis dans six bâtiments. Ce projet était piloté par Bellus Développement immobilier de Brossard.
Début février, Stéphane Arès et Fernand Mathieu avaient vendu une première parcelle du terrain – environ un dixième – à Bellus Développement immobilier pour la somme de 400 000 $.
À l’automne 2015, la Ville avait autorisé la démolition de la E.T. Corset au terme d’un débat public sur la valeur patrimoniale de l’édifice.
Les condos étaient proposés à la vente par les agents immobiliers Stéphane Arès et Denise Cloutier. M. Arès n’a pas donné suite aux appels du COURRIER.
Selon Jean-Denis Major, il existe une demande pour du locatif haut de gamme à Saint-Hyacinthe.
Vraie brique
Contrairement au projet initial qui privilégiait l’installation de panneaux extérieurs imitant l’aspect d’un mur de briques, M. Major assure que ce sera de la « vraie brique » qui sera posée dans le nouveau développement.
Une brique semblable aux édifices transformés en condominium tels que l’ancien Canadian US Knitting situé sur la rue Morison ou l’ancienne Yamaska Shirt à l’angle de la rue Delorme et du boulevard Laframboise sera utilisée.
« Nous avons rehaussé la qualité du projet initial en offrant davantage de fenestration et des balcons plus grands », précise M. Major.
Jean-Denis Major a tenu à confier les différentes étapes du projet de construction à des entreprises locales. Justin Viens a obtenu le mandat d’architecture, Consumaj celui de l’ingénierie complète et Construction Lessard de la construction des bâtiments.
« Les caractéristiques architecturales marquantes de l’ancien édifice seront intégrées dans le nouveau projet telles que la tourelle, les fenêtres verticales, les bandes qui rappellent l’évolution de l’ancien édifice dans le temps, etc. », peut-on lire sur le site web de l’architecte, Justin Viens.
Le site du projet Faubourg Laframboise est assujetti à un Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Le conseil municipal a approuvé dernièrement la demande de PIIA déposée par les promoteurs.
Le premier édifice qui comptera 18 logements sera disponible à la clientèle durant l’été 2018. Une pelletée de terre est prévue prochainement.

image