7 mars 2013
Biométhanisation
Des millions en contrats
Par: Le Courrier
La Ville de Saint-Hyacinthe vient d'investir pour près de 6 M$ dans la phase II de l'usine de biométhanisation.

La Ville de Saint-Hyacinthe vient d'investir pour près de 6 M$ dans la phase II de l'usine de biométhanisation.

La Ville de Saint-Hyacinthe progresse dans la phase II du projet de biométhanisation des résidus organiques qui sont traités à la station d’épuration des eaux usées, et les contrats en lien avec ce procédé se multiplient.

Publicité
Activer le son

À sa séance de lundi, le conseil municipal a approuvé de nouvelles dépenses d’un peu plus de 6 millions $ pour la concrétisation de cette phase II, laquelle est évaluée à 40 millions $ dans le cadre d’un projet global de 48 millions $, qui sera toutefois largement subventionné par les deux gouvernements (contribution totale de 31,4 millions $).

Un premier contrat se chiffrant à 2 754 801 $ a d’abord été octroyé à la firme Mabarex, de Montréal, pour la livraison d’équipements de réception et de traitement de matières organiques d’origine industrielle et commerciale, dont des produits laitiers et des substances végétales diverses. Mabarex s’est avéré le seul fournisseur capable de livrer une machinerie qui a été éprouvée dans 25 centres de traitement à travers le monde, comme l’exigeait l’une des conditions de l’appel d’offres. La proposition de Marabex représente néanmoins 185 000 $ de moins que les prévisions (2,94 millions $). Les équipements fournis par Marabex seront installés dans un centre de traitement des matières organiques; ce centre, qui se trouvera dans le parc industriel Théo-Phénix, sera aussi pourvu d’une plate-forme de maturation du digestat qui résulte de la biométhanisation. La construction de ce bâtiment de réception a fait l’objet lundi d’un autre octroi de contrat, se chiffrant celui-là à 3 170 691 $. Il a été accordé à la firme Unigertek, de Laval, le plus bas soumissionnaire conforme. Pas moins de 22 fournisseurs s’étaient procuré les documents d’appel d’offres et sept d’entre eux ont déposé une proposition. Dans un tel contexte de compétitivité, la Ville a obtenu d’excellents prix. La soumission d’Unigertek représente près de 700 000 $ de moins que l’évaluation du coût du projet (3 862 485 $).Enfin, un dernier contrat est allé lundi à la firme Newalta, de Brossard, pour la location temporaire d’une centrifugeuse pour la station d’épuration. La Ville versera à ce fournisseur une somme de 175 000 $ pour une première période d’utilisation de six mois qui pourra être prolongée. Il s’agit en fait d’un renouvellement de contrat puisque la Ville utilise déjà une centrifugeuse Newalta, et cela depuis janvier 2012. Il en sera ainsi jusqu’à l’installation d’une centrifugeuse permanente à l’usine.

image