23 juin 2011
Des oriflammes estivales!
Par: Véronique Lemonde
Des élèves de secondaire 2 du Collège Saint-Maurice enjolivent le Marché Centre de leurs oeuvres.

Des élèves de secondaire 2 du Collège Saint-Maurice enjolivent le Marché Centre de leurs oeuvres.

Les étudiantes du Collège Saint-Maurice (CSM) nous arrivent, encore une fois, avec un projet artistique fort intéressant qui prend forme autour du Marché public de Saint-Hyacinthe pour tout l’été.

Publicité
Activer le son

Complètement en accord avec l’esprit du lieu et des commerces environnants, deux groupes d’étudiantes de secondaire 2 ont créé, en équipe, une série d’oriflammes colorées qui représentent les divers services offerts au centre-ville.

Le concept était le suivant : chaque équipe pigeait une thématique et une couleur avant de s’exécuter. Autre contrainte, les jeunes filles devaient également intégrer à leur oeuvre un aspect très fluide. « C’est avec toute leur créativité qu’elles ont dû travailler les objets comme s’ils partaient au vent », explique Brigitte Cordeau, l’une des enseignantes responsables de ce projet avec Marie-Pier Côté.Ainsi, les vêtements de bébé sur une corde à linge s’envolent grâce à la douce brise du vent, les étiquettes de vêtements volent, les mots d’un livre s’échappent doucement, les pétales d’une fleur tombent un à un. Les Maskoutains pourront ainsi admirer ces jolies oriflammes, 23 en tout, tout autour du Marché au-dessus des kiosques de fleurs et de légumes. « Le projet des oriflammes fait partie de notre exposition intitulée Le parcours CSM qui consistait à exposer les oeuvres des élèves à différents endroits à Saint-Hyacinthe et dans les alentours. Nous avons exposé au Centre des arts Juliette-Lassonde, à la Bibliothèque T.-A.-St-Germain, au Collège Saint-Hilaire, à la Maison Ozias-Leduc et maintenant, au centre-ville. Nous voulons, par ces nombreuses expositions, souligner le travail des élèves et faire bénéficier cette créativité à toute la population », de dire Marie-Pier Côté, enseignante d’arts plastiques. Ce projet a pu être réalisé grâce à une collaboration avec la Société de développement du centre-ville (SDC).

image