15 septembre 2016
Des potagers libre-service pour les citoyens
Par: Jean-Luc Lorry
Sur la photo, dans l’ordre habituel, Brigitte Sansoucy, députée de Saint-Hyacinthe-Bagot; Jacques Denis, maire suppléant de Saint-Hyacinthe; Jacques Tétreault, président du Comité de citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM); Alexandre Pouliot, responsable des projets en agriculture urbaine au CCCPEM et Jean Dubreuil, directeur des opérations aux Carrières St-Dominique.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sur la photo, dans l’ordre habituel, Brigitte Sansoucy, députée de Saint-Hyacinthe-Bagot; Jacques Denis, maire suppléant de Saint-Hyacinthe; Jacques Tétreault, président du Comité de citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM); Alexandre Pouliot, responsable des projets en agriculture urbaine au CCCPEM et Jean Dubreuil, directeur des opérations aux Carrières St-Dominique. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Comité de citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM) met en place un projet-pilote en construisant bénévolement des bacs de culture composés de fruits, de légumes et de fines herbes destinés gratuitement à la population. Au total, quatre bacs ont été installés dans les parcs Alcide-Roy, T.D. Bouchard, Notre-Dame ainsi qu’à proximité de l’arrêt de bus de l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Les objectifs de ce projet sont d’offrir en libre-service aux citoyens de Saint-Hyacinthe des fruits et légumes de saison et d’inciter la population à pratiquer l’agriculture urbaine. 

« Pour ce qui est des aliments cultivés dans les bacs, c’est variable d’un bac à l’autre, car les semis étaient des dons en quantité variable. Nous avons semé tard dans la saison et nous avons dû remplacer certaines plantes », indique Alexandre Pouliot, responsable des projets en agriculture urbaine au CCCPEM. 

On peut récolter dans ces bacs des tomates, des concombres et plusieurs fines herbes (persil, basilic, menthe, sauge, origan et thym). 

L’an prochain, le CCCPEM se donne pour mission d’agrémenter ces bacs avec davantage de fruits et de légumes.

Cette initiative qualifiée d’agriculture urbaine s’inscrit dans le mouvement international « Incroyables Comestibles ». Cette expérience communautaire a pour objectif de mettre à la disposition de citoyens des petits potagers disséminés dans des municipalités (comme c’est déjà le cas en France et en Angleterre).

Depuis cinq ans, le CCCPEM met en place des projets de jardinage urbain en collaboration avec l’ITA, la Ville de Saint-Hyacinthe, l’Office municipal d’habitation, Les Carrières St-Dominique, la Table de concertation en sécurité alimentaire ainsi que de nombreux bénévoles.

image