4 juillet 2019
Nouvelle mouture du projet Groupe Sélection
Des pour et des contre
Par: Martin Bourassa

C’était écrit dans le ciel que Groupe Sélection allait revenir avec un projet immobilier pour le centre-ville de Saint-Hyacinthe, après l’échec du plan A qui se serait traduit par la construction d’une tour de 15 étages pour les personnes âgées.

publicité

Il aura fallu attendre une vingtaine de mois pour connaître les grandes lignes du plan B et, à vue de nez, cette seconde mouture s’éloigne sensiblement du projet initial qui avait soulevé l’ire de beaucoup (trop?) de Maskoutains et bouleversé l’élection municipale de 2017. Au lieu d’une tour de 15 étages, Groupe Sélection propose un immeuble à hauteur variable passant de deux, à six, puis à huit étages dans sa partie la plus élevée. Oui, c’est en plein ce que la Ville de Saint-Hyacinthe souhaitait en décembre quand elle a modifié le plan d’urbanisme au centre-ville pour permettre la construction d’immeubles… de six à huit étages! Ce n’est pas un hasard, selon moi, puisque j’ai toujours pensé que tout ce que la Ville a fait depuis l’élection de 2017 (achat d’immeubles, démolition et aménagement de stationnement) était dans le but non avoué de mettre la table au grand retour de Réseau Sélection. Mais je n’avais pas prévu que le promoteur modifierait ses plans autant.

Il débarque cette fois avec un immeuble de 160 logements sans services pour une clientèle plus diversifiée. Il n’y a pas vraiment de restriction d’âge pour la clientèle visée, que l’on devine tout de même aisée et assez près de la retraite.

Si la Ville de Saint-Hyacinthe a réagi avec beaucoup d’enthousiasme au plan B du Groupe Sélection, elle qui se dit prête à lui céder une petite partie du stationnement situé derrière le Centre des arts, l’euphorie a été moins répandue sur la page Facebook du COURRIER où la nouvelle a été ébruitée en premier (voir page Forum).

Plusieurs ont l’impression que la Ville n’a pas joué franc jeu et qu’elle s’est acoquinée avec le promoteur pour faciliter son grand retour. Pour ma part, je pense que les coups de la Ville ont été bien calculés, mais qu’ils ont d’abord et avant tout été faits dans l’intérêt du centre-ville.

Le plan B du promoteur a tenu compte des principales critiques. Les gens ne voulaient pas d’une tour de 15 étages dans un grand stationnement public, ils n’en auront pas. On dénonçait aussi le fait qu’une résidence pour personnes âgées avec services n’apporterait que peu de retombées commerciales, la seconde mouture présente des logements sans services et assure davantage de retombées.

C’est aussi et surtout un promoteur privé et non la Ville qui va investir 30 M$ pour revitaliser un centre-ville qui en a grand besoin. Certes, il y a un prix à payer.

On fait disparaître des logements abordables, ce qui pave la voie à l’embourgeoisement progressif du centre-ville. Mais dans la liste des pour et des contre, je me range, pour l’instant du moins, du côté de l’administration municipale.

image