10 janvier 2019
Programme ALUS Montérégie
Des pratiques vertes récompensées
Par: Véronique Lemonde

Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie, et Bridget Wayland, directrice des communications de ALUS Canada, remettaient 44 810 $ à 21 producteurs agricoles participants au Programme ALUS Montérégie. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’UPA de la Montérégie et ALUS Canada soulignaient récemment l’apport de 21 producteurs agricoles de la région ayant réalisé des aménagements sur 12,4 hectares de terres agricoles, en 2018, permettant ainsi l’amélioration de l’environnement et de la qualité de vie de leurs concitoyens. Ces 21 participants au Programme ALUS Montérégie se sont ainsi vus récompensés de la somme de 44 810 $, somme qui sera échelonnée sur cinq années.

publicité

Depuis 2016, ce sont 40 fermes qui ont participé au Programme ALUS Montérégie et plus de 33 hectares de terres qui ont ainsi été aménagés ou réaménagés selon des pratiques plus vertes. Qu’il s’agisse d’élargir des bandes riveraines, d’aménagement de milieux humides, de prés fleuris, de reboisement de zones en friche ou d’installation de haies brise-vent, les producteurs ont été récompensés pour leurs efforts volontaires en participant au Programme ALUS Montérégie.

Initiative de la famille Weston, ALUS Canada est l’organisme de bienfaisance qui chapeaute ce programme, offrant une manière différente d’améliorer l’environnement en récompensant annuellement les producteurs pour le maintien de leurs projets agroenvironnementaux. « Pour notre part, nous coordonnons sur le terrain les différents projets avec des agents en agroenvironnement, nous recrutons les producteurs, offrons du soutien technique et trouvons les partenaires financiers. C’est le seul programme qui récompense les efforts volontaires de producteurs agricoles », indique Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie.

« Nous pouvons toujours améliorer des choses sur nos terres et tous être gagnants en posant des gestes verts pour l’environnement, de dire Paul Caplette, un producteur céréalier de Saint-Robert qui a déjà aménagé plus de 17 km de bandes riveraines sur ses terres. Pour moi, 6 hectares sur les 400 que je possède, c’est très peu en fin de compte, mais pour assurer un résultat efficace pour l’environnement, c’est beaucoup. Le Programme ALUS m’aide à aller plus loin que le simple réglementaire. Nous sommes soutenus par une équipe et cela fait toute une différence. »

Pour la MRC des Maskoutains, c’est la Ferme JML Robert, de Saint-Pie, qui participait au Programme ALUS Montérégie en 2018.

image