11 mai 2017
Promenade Gérard-Côté
Des préparatifs de 333 000 $
Par: Benoit Lapierre
Des préparatifs de 333 000 $

Des préparatifs de 333 000 $

C’est au bureau Daoust Lestage, de Montréal, spécialisé en architecture du paysage, que la Ville a confié la tâche d’élaborer le concept à partir duquel la promenade Gérard-Côté sera reconstruite, à un moment qui n’a pas encore été déterminé. Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est au bureau Daoust Lestage, de Montréal, spécialisé en architecture du paysage, que la Ville a confié la tâche d’élaborer le concept à partir duquel la promenade Gérard-Côté sera reconstruite, à un moment qui n’a pas encore été déterminé. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le conseil municipal a donné son feu vert au lancement des préparatifs en vue de la réfection complète de la Promenade Gérard-Côté en octroyant, le 1er mai, un contrat de 333 834 $ à la firme Daoust Lestage, de Montréal, pour la prestation de services professionnels en architecture du paysage et design urbain.

Publicité
Activer le son

« Enfin! », s’est exclamée la conseillère du district Cascades, Sylvie Adam, en proposant l’attribution d’un premier contrat dans le dossier. De toute évidence, elle trouve qu’il a cheminé plutôt lentement dans l’appareil municipal au cours des dernières années.

À la conférence de presse du 2 mai sur des projets à venir au centre-ville, le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, a souligné que Daoust Lestage est le mêmebureau d’architectes qui a planifié l’aménagement des 4,3 km de la promenade Samuel-De Champlain, au bord du Saint-Laurent à Québec, un projet qui a été financé par le gouvernement dans le cadre du 400e anniversaire de la fondation de la Capitale.

La Promenade Gérard-Côté, elle, longe la rive ouest de la rivière Yamaska sur 2,4 km, du barrage Penman’s jusqu’à l’avenue Pratte. Elle doit être entièrement reconstruite au cours des prochaines années à un coût qui pourrait jouer entre 25 et 30 M$, selon les dernières estimations. La Ville n’entend pas financer seule le projet; elle tentera d’obtenir 20 M$ en subventions des deux gouvernements, à la faveur d’un nouveau programme d’infrastructures qui serait en émergence du côté fédéral, a avancé Louis Bilodeau.

Pour l’heure, l’échéancier des étapes préparatoires s’étale sur toute une année. Après ungrand « remue-méninges » en juin, durant lequel les citoyens seront invités à « rêver » leur promenade, le bureau d’architectes présentera au conseil, le 28 août, le concept et l’estimation préliminaire. Puis, en février 2018, la Ville entend procéder à des audits « grand public » qui seront suivis, après retouches, de la présentation du concept final en avril 2018. Après cette étape, la question du financement s’avèrera déterminante sur l’avenir du projet de la promenade. Comme l’a souligné M. Bilodeau, certains le voient relié à celui d’un complexe culturel au centre-ville (Médiathèque, Expression, Centre d’histoire), lequel, a-t-il dit, fait partie de la réflexion du conseil sur les besoins à combler en priorité, compte tenu du contexte financier à la Ville. 

image