6 mai 2021
Négociation du secteur public
Des professionnels de l’éducation se mobilisent
Par: Le Courrier

Des dizaines de professionnelles et professionnels de l’éducation ont manifesté devant trois établissements scolaires de Saint-Hyacinthe, dont la polyvalente Hyacinthe-Delorme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Devant l’impasse des négociations qui les opposent au Conseil du trésor pour le renouvellement de leur convention collective échue depuis plus d’un an, plus de 138 professionnelles et professionnels de l’éducation ont pris le chemin de la grève le temps d’une demi-journée le 29 avril.

Publicité
Activer le son

À Saint-Hyacinthe, des mobilisations se sont organisées à la polyvalente Hyacinthe-Delorme, à l’école secondaire Fadette et à l’école primaire Saint-Sacrement où des dizaines de professionnelles et professionnels de l’éducation ont tenu des activités de piquetage de 8 h à 12 h.

« Après plus d’un an de négociation, il est plus que temps que le gouvernement discute sérieusement avec les porte-parole de la FPPE-CSQ afin d’identifier des solutions concrètes pour régler notamment les problèmes urgents de manque de ressources professionnelles, de salaire, de précarité et de lourdeur de la tâche », affirme Marlène Bouchard, présidente du Syndicat des professionnelles et professionnels de l’éducation pour les régions Richelieu et Yamaska-CSQ (SPPERY-CSQ).

Un ras-le-bol généralisé

« Actuellement, les discussions aux tables de négociation piétinent. Le gouvernement ne propose rien de concret pour améliorer la situation actuelle, qui ne cesse de se détériorer. Les professionnelles et professionnels sont à bout. Ils ont d’ailleurs prévu plusieurs actions de visibilité sur tout le territoire québécois pour témoigner de leur ras-le-bol », renchérit le président de la Fédération des professionnelles et professionnels de l’Éducation du Québec (FPPE-CSQ), Jacques Landry.

Plusieurs songent à quitter leur emploi

La grève du personnel professionnel survient au point culminant d’une tournée médiatique régionale au cours de laquelle la FPPE-CSQ a levé le voile sur la détresse vécue par ses membres partout au Québec. La région de Richelieu-Yamaska n’est pas en reste.

« À l’exemple de ce qui se passe ailleurs au Québec, les conditions de travail des professionnelles et professionnels de l’éducation œuvrant dans les écoles de notre région se sont détériorées à un tel point que 25 % d’entre eux songent à quitter leur emploi, souligne Marlène Bouchard. La question se pose plus que jamais, souhaitons-nous toujours des services publics accessibles à tous ou seulement pour ceux qui en ont les moyens? Si la réponse à la première question est oui, il est grand temps d’y voir, avant qu’il ne soit trop tard. »

La FPPE-CSQ représente 19 syndicats regroupant 10 000 membres. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

image