28 mai 2020
Des professionnels en soins prêts à revoir leur clientèle
Par: Jean-Luc Lorry

Émilie Phœnix, travailleuse autonome chez Benoit Champigny Coiffeurs, devra porter un masque et une visière pour exercer son métier. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Guillaume Beaudoin, dentiste copropriétaire de la clinique dentaire Côté et Beaudoin, a mis en place toutes les mesures pour accueillir sa clientèle de façon sécuritaire. Il pose en compagnie de l’assistante dentaire Andréanne Bérard. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La toiletteuse pour animaux de compagnie Patricia Chabot doit répondre à de nombreux appels de propriétaires de chiens et de chats. Photo François Larivière | Le Courrier ©

À partir du lundi 1er juin, les professionnels en soins divers, comme les dentistes, les physiothérapeutes, les coiffeurs et les toiletteurs, recevront de nouveau leur clientèle après une pause de deux mois et demi en raison de la pandémie de COVID-19.

Publicité
Activer le son

« C’est toute une affaire. Il faut gérer les rendez-vous puisque tout le monde veut venir en même temps », constate Émilie Phœnix, travailleuse autonome chez Benoit Champigny Coiffeurs à Saint-Hyacinthe.

Pour coiffer ses clients, Mme Phœnix devra porter un masque et une visière. « Porter un sarrau est conseillé, mais non obligatoire. Les clients sont obligés de porter un masque et d’arriver à l’heure puisque nous n’avons plus de salle d’attente en raison des règles de distanciation sociale », précise Émilie Phœnix en entrevue au COURRIER.

Celle-ci devra réduire le nombre de clients qu’elle recevait habituellement dans une journée. « En plus de passer le balai entre les rendez-vous, je devrai désinfecter ma chaise ainsi que le lavabo utilisé pour laver les cheveux. »

Physiothérapeute

À la clinique Action Sport Physio installée dans le Complexe médical M sur le boulevard Casavant, les patients devront eux aussi porter un masque lorsqu’ils se présenteront à la réception.

« Notre défi sera de pouvoir appliquer les normes de sécurité. On ne peut pas respecter la distance de deux mètres lors de traitements de physiothérapie en clinique », indique Francis Gagnon, physiothérapeute et copropriétaire de la clinique Action Sport Physio de Saint-Hyacinthe.

M. Gagnon veut éviter le plus possible que les patients se croisent dans la clinique au fil des rendez-vous. « Il n’y aura plus de chaises dans notre salle d’attente et tous les traitements se feront dans des salles isolées. Les salles seront entièrement désinfectées entre chaque patient », souligne Francis Gagnon.

La clinique Action Sport Physio de Saint-Hyacinthe compte trois physiothérapeutes.

Salon de toilettage

En plus des salons de coiffure, les salons de toilettage pour animaux de compagnie seront achalandés le mois prochain.

« J’ai beaucoup de clients en attente. Les prochaines semaines se remplissent très vite à mon agenda », indique Patricia Chabot, toiletteuse au salon Toilettage en folie situé sur l’avenue Hôtel-Dieu.

« Pour mon travail, je ne pourrai pas porter de gants puisque j’ai souvent les mains dans l’eau. La porte de mon commerce restera ouverte pour faciliter l’entrée et la sortie des chiens et des chats », décrit-elle.

Clinique dentaire

Le dentiste Guillaume Beaudoin constate avec un brin d’appréhension que l’ouvrage ne manquera pas d’ici quelques jours.

« Nous avons reçu une directive de notre ordre professionnel qui oblige le port de jaquette et de visière. Nous avons installé des filtres à air HEPA [à haute efficacité] dans chacune de nos salles », mentionne Guillaume Beaudoin, dentiste copropriétaire de la clinique dentaire Côté et Beaudoin située à la Place Casavant.

« Nous avons également revu nos horaires d’ouverture. Ceux-ci seront allongés puisque le nombre de patients présents simultanément dans la clinique sera limité », poursuit-il.

Le masque de protection est suggéré, mais non obligatoire pour la clientèle en raison des mesures et du type de travail effectué.

« Par contre, notre personnel, dont à l’accueil, portera un masque en tout temps », tient-il à préciser.

Lorsque le gouvernement avait demandé que les cliniques dentaires suspendent temporairement leurs services non urgents en raison de la prolifération du coronavirus, la clinique Côté et Beaudoin avait poursuivi ses activités pour les cas nécessitant l’intervention urgente d’un dentiste.

image