13 décembre 2018
PTI 2019-2020-2021
Des projets de 58 M$ en 2019
Par: Benoit Lapierre

En 2019, la Ville préparera le déménagement de la Bibliothèque T.-A.-St-Germain dans ses nouveaux locaux près de la rivière, lesquels sont toujours occupés par la Fédération des caisses Desjardins. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Avec 153 projets sur la planche et des dépenses prévues de 58,68 M$, le plan d’investissements de la Ville de Saint-Hyacinthe pour l’année 2019 apparaît ambitieux lorsqu’on le compare à celui de 2018, qui comportait 142 projets, mais seulement 31,2 M$ en investissements annoncés.

Publicité
Activer le son

« Dans les investissements, ce sont toujours de grosses années et il y en a encore de bonnes qui s’en viennent », a mentionné lundi le maire Claude Corbeil, au point de presse sur le Programme triennal d’immobilisations 2019-2020-2021 (PTI), adopté par le conseil municipal le 3 décembre. Le PTI complet comprend 244 projets qui représenteraient des investissements de 143,8 M$ s’ils se réalisaient tous comme prévu d’ici la fin de 2021.

Pour l’année 2019, le plus gros morceau est ce montant de 15 M$ inscrit parmi les projets du volet « gestion municipale » pour financer l’aménagement de la nouvelle Bibliothèque T.-A.-St-Germain à même l’immeuble de la Fédération des caisses Desjardins, acheté au prix de 8 M$. Les plans et devis seront réalisés en 2019, mais les travaux seront exécutés en 2020. Cet investissement nécessitera un emprunt de 12 M$, de même qu’une contribution de la Fondation de la Médiathèque à hauteur de 2 M$, montant qui représente l’objectif d’une prochaine campagne de financement dans la population, a-t-on précisé. Une subvention de 1 M$ de Patrimoine Canada doit compléter le montage financier du projet.

Toujours en gestion municipale, beaucoup de travaux d’entretien sont au programme en 2019. La Ville consacrera 4 M$ à son programme annuel de réfection de pavages, trottoirs et bordures, de même que 3,5 M$ à la conversion du réseau d’éclairage de rue aux lampes DEL. Cette transition lui permettra de réaliser des économies d’énergie de 740 000 $ par an et d’amortir la dépense en cinq ans, a souligné le directeur général, Louis Bilodeau.

En vertu d’une entente signée avec le CN en 1937, la Ville consacrera 800 000 $ à la réfection du tunnel ferroviaire Sainte-Anne, soit 50 % d’un coût total estimé à 1,6 M$ par le transporteur. Du côté des aménagements cyclables, une somme de 700 000 $ est réservée au prolongement de la piste de la rue Saint-Pierre Ouest. Dans l’affichage, la Ville procèdera à l’installation d’un deuxième panneau électronique en bordure de l’autoroute 20, un projet de 600 000 $ qui sera financé à 50 % par un tiers. Le coût d’achat et d’installation d’un premier panneau était prévu en 2018, et ce projet est en cours de réalisation, a précisé M. Bilodeau. Ainsi, la Ville possèdera un panneau d’affichage dans chaque direction sur l’A-20, où passent quotidiennement 49 000 véhicules en moyenne.

Reporté d’année en année, l’aménagement de la placette du 100e anniversaire du Royal 22e Régiment, derrière le manège militaire, devrait finalement se réaliser en 2019 à un coût qui est passé de 471 000 $ à 600 000 $. La mise à niveau partielle du stade L.-P.-Gaucher (450 000 $ en éclairage, sonorisation et réaménagement des vestiaires), le remplacement des appareils respiratoires des pompiers (450 000 $), les plans et devis du futur Centre d’activité physique pour 50 ans et plus (425 000 $) et des équipements scénographiques pour le Centre des arts figurent aussi dans les interventions 2019.

Usine d’épuration

En gestion des infrastructures, un investissement de 12 M$ est prévu pour augmenter la capacité de traitement de l’usine d’épuration des eaux usées, le débit de conception étant maintenant atteint. La Ville s’attend à ce que ces travaux soient subventionnés à 83 % à même le Fonds québécois pour l’eau potable et le traitement des eaux usées.

La reconstruction de la station de pompage de l’Église, dans le district Sainte-Rosalie, est aussi au programme en 2019, ce qui devrait éliminer, sinon réduire considérablement les débordements dans le ruisseau Jetté-Giard. Un montant de 3 425 000 $ a été alloué à ce projet. Mais tout récemment, à l’ouverture des soumissions déposées pour ce projet, la Ville a constaté que tous les prix soumis excèdent le budget prévu d’au moins un million. Malgré cela, la Ville devrait aller de l’avant et octroyer le contrat, a indiqué M. Bilodeau.

Le prolongement de la rue Charles-Gilbert jusqu’à l’avenue Pinard, avec les infrastructures souterraines, est aussi au programme en 2019, en prévision de l’agrandissement du parc industriel Olivier-Chalifoux et de la réalisation d’une usine Exceldor. Le coût estimé de ces travaux s’élève à 2 M$, mais ils seront à la charge exclusive des propriétaires riverains. Le même mode de financement s’applique au prolongement, au coût de 1,7 M$, de l’avenue José-Maria-Rosell, dans la Cité de la biotechnologie.

Pour financer son plan 2019, la Ville puisera 15,26 M$ dans ses propres fonds et réserves, compte sur un apport de 14,38 M$ en subventions, empruntera 17,54 M$ à long terme et 5,5 M$ à court terme et laissera une part de 3,7 M$ aux riverains et une autre de 2,3 M$ à des tiers.

image