21 mars 2013
Des questions pour la direction du CAG
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Je ne suis pas mandaté par qui que ce soit sinon par mon attachement à mon Alma Mater : élève au Séminaire de Saint-Hyacinthe dans les années 1950, j’y suis retourné, après mes études, à titre de professeur d’anglais de 1971 à 1981, et y suis devenu directeur de la vie scolaire de 1981 à 1988.

Après mon départ du Séminaire, j’ai toujours suivi l’évolution et la transformation de cette institution. Mon point de vue concerne la gestion à partir de l’administration intérieure comparativement aux opinions mentionnées dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe comparées à ce qui vient de l’extérieur. Je remarque que l’on ne pose pas véritablement les bonnes questions sur ce qu’est devenu le Collège Antoine-Girouard (CAG). Au cours des ans et des différentes directions du CAG, je me suis tenu au courant de ce qui s’y passait… ou de ce qui ne s’y passait pas!La première question que je me pose : qu’est devenu le projet éducatif existant quand j’ai quitté le milieu et qui précisait l’orientation éducative de l’école, c’est-à-dire un milieu qui d’abord offrait des cours bien structurés par des professeurs très motivés et très bien encadrés : le tout entouré d’une panoplie d’activités variées correspondant aussi au goût des élèves (musique, théâtre, arts, science, etc.). Pour ce qui est des cours actuels, les professeurs ont assumé la qualité de l’enseignement. Était-ce suffisant? Si on regarde les chiffres, il semble que non. J’ai grandement apprécié l’article de Philippe Chassé, élève de secondaire 5, dans Le Courrier du 7 mars et qui situait là où résidait probablement le vrai problème.Deuxième question : Qu’est-il advenu du théâtre, des portes ouvertes et des autres activités où on sentait que ça bougeait à l’intérieur de l’école! Avez-vous regardé le palmarès de la Soirée Méritas en juin dernier? Il n’y en avait que pour le sport (le hockey)! Pourquoi les professeurs étaient-ils absents lors de cette soirée? Je les comprends : on n’avait pas besoin d’eux! On était au Temple de la Renommée, on chouchoutait les peut-être futures vedettes qui faisaient sûrement la pluie et le beau temps à l’intérieur.Troisième question : D’anciens collègues qui oeuvraient au secteur public me demandaient : Claude, que se passe-t-il au CAG? On reçoit continuellement des élèves du CAG. Ne s’est-on pas aperçu de l’hémorragie? Qu’a fait le conseil d’administration pour endiguer le flot de fuite ailleurs? Qu’a fait la direction pour corriger la situation? A-t-on demandé aux parents les raisons motivant le retrait de leurs enfants pour étudier ailleurs? Ou s’est-on dit : c’est pas grave, l’Oeuvre Antoine-Girouard, comme d’habitude, va encore nous aider! Était-ce encore uniquement une question d’argent? Qu’est-il advenu des 30 000 $ par année que l’Oeuvre a fourni à la pastorale sans qu’on daigne en expliquer l’utilisation réelle et cela depuis plusieurs années? Avez-vous entendu parler de la pastorale au CAG et de son implication dans le milieu? Moi… non!Quatrième question : Pour ceux qui ont tout résumé à une question d’implication de l’Oeuvre Antoine-Girouard, ils n’ont pas fait beaucoup de recherche car l’Oeuvre Antoine-Girouard a aidé un grand nombre d’élèves sur le plan monétaire, qu’ils soient devenus prêtres ou gradués vers l’université. Ces élèves, en grand nombre, leur ont permis de briller au sein de la province et d’ailleurs. Est-ce à cause du désintéressement de l’Oeuvre Antoine-Girouard s’il n’y a que 71 élèves d’inscrits pour la prochaine rentrée 2013? Allons, le problème est plus profond! C’est plus facile d’accuser le voisin, de se fermer les yeux et de ne pas réaliser ce qui doit être fait.L’ÉSSJ n’est pas aidée par l’Oeuvre Antoine-Girouard et pourtant il y a une équipe formidable de football très bien encadrée, une panoplie d’activités et au-delà de 1 300 élèves. Ce n’est sûrement pas à cause de la dénatalité! Trouvez l’erreur… Quel dommage qu’une école qui avait beaucoup reçu et beaucoup donné en soit arrivé là!

Claude Tétreault, ex-élève, ex-professeur et ex-directeur

image