4 juillet 2019
Des retards inédits dans la saison des fraises
Par: Véronique Lemonde

La saison des fraises a facilement pris une douzaine de jours de retard à cause de la pluie et du gel de cet hiver ayant emprisonné les plants dans la glace. Photo Ferme Chez Mario

Alors que la chaleur bat son plein et que les fraises atterrissent en abondance sur les étals des marchés et des épiceries, plusieurs producteurs de fraises de la région ont vécu un difficile début de saison marqué par les gels hivernaux et le printemps frais. Pour la production de fraises de Gaston et Richard Lacombe, de Sainte-Madeleine, la saison est même définitivement annulée.

publicité

« À la suite de l’accumulation d’eau dans les champs en février avec des redoux et les gels tout de suite après, nos plants de fraises ont été à 100 % emprisonnés dans la glace. Au printemps, nous avons constaté que notre récolte était détruite. Seuls 20 % d’un des champs ont survécu, explique Sophie St-Arneault, la conjointe de Richard Lacombe. Nous avons déjà vécu des épisodes de verglas, mais un événement de la sorte, c’est la première fois en 25 ans que cela nous arrive. » Néanmoins, aux alentours du 15 juillet, la saison des framboises aura bien lieu pour la ferme Gaston et Richard Lacombe.

Une saison moins longue

Cette perte totale étant assez unique dans la région, d’autres producteurs ont aussi vécu un début de saison en dents de scie. « Cela représente deux semaines de retard minimum, lance Jocelyn Gadbois, de la Ferme Gadbois, de Saint-Barnabé-Sud, qui a lui aussi connu quelques pertes dans ses champs. C’est rare que nous avons un printemps aussi froid, même nos fraises sous bâches ont été retardées. La saison sera moins longue. »

« Nous avons ouvert notre kiosque le 24 juin pareil parce que c’est ce que les gens attendaient, mais vraiment, avant cette semaine, ce n’était pas très abondant. Là, pour le weekend qui s’en vient, ce sera le moment idéal pour venir cueillir en famille les fraises. En fait, la saison des fraises va durer plus tard dans la saison et risque de chevaucher celle des framboises, ce qui n’est pas mauvais en soi », de dire Mathieu Beauregard de la Ferme Chez Mario, à Sainte-Madeleine. La ferme a perdu 30 % de sa récolte 2019 de fraises. Heureusement, il semble que les dommages de ce gel particulier n’aient pas causé de dommage à la qualité des plants et des fruits maintenant récoltés.

La culture des fraises sous bâches semble également avoir favorisé certains producteurs contrairement à la fraise en plein champ. « Que ce soit pour les fraises ou d’autres productions maraîchères, la culture sous bâches retient beaucoup mieux la chaleur. Par exemple, nos melons et concombres cultivés en tunnel semblent en bien meilleure posture que les fruits et légumes en plein champ. Le retard est beaucoup moins important dans ce cas-là », conclut Martin Girouard, des Serres Girouard, à Sainte-Madeleine. Ce dernier a décidé d’annuler sa saison d’autocueillette de fraises pour cet été, vu le volume moins important de sa production. Ses fraises se retrouvent donc seulement en kiosques.

image