26 avril 2012
Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe
Des ristournes de 4,3 M$
Par: Le Courrier

Au terme d’une année où la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe a connu, somme toute, de bons résultats, les membres ont voté pour le versement de ristournes de 4,3 M$, soit 900 000 $ en deçà de la somme remise aux membres l’an dernier.

publicité

En 2011, la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe a enregistré des excédents d’exploitation de l’ordre de 11,3 M$, en baisse de 15 %. La Caisse dégage toutefois des excédents avant ristournes de 19,7 M$, une hausse de 49,2 % par rapport aux résultats de 2010.

Cette différence s’explique par de nouvelles normes d’écritures comptables qui incluent à ce chapitre des revenus liés à la juste valeur des investissements. Ces sommes, intimement liées au marché boursier, ne peuvent toutefois pas être transformées en ristournes. « Les règles de la Fédération ne nous permettent pas de remettre aux membres plus de 40 % des sommes disponibles pour les ristournes, a noté le directeur général Jean-René Pelletier. Le montant de 4,3 M$ représente le maximum permis. L’année 2010 était exceptionnelle et nous savions que les ristournes 2011 seraient moins élevées. »Le rapport annuel souligne que ces résultats sont enregistrés avec, en toile de fond, « des marchés financiers très volatils et une économie mondiale fragilisée ».Le projet de partage des ristournes adopté à l’assemblée générale prévoit, entre autres, des taux de ristournes de 10,40 % sur les épargnes (intérêts payés) et de 3,88 % sur les prêts aux membres (intérêts payés). Autrement dit, cela équivaut à une bonification d’environ 0,18 % des taux sur emprunts et du rendement sur les épargnes. La caisse s’assure ainsi d’une certaine équité entre les épargnants et les emprunteurs. « Les ristournes, c’est aussi une forme d’investissement dans la collectivité. Dans une banque, cet argent aurait été empoché par les dirigeants et aurait quitté le territoire maskoutain. En remettant cet argent dans les poches de nos membres, on peut penser qu’il sera réinvesti chez nous », a noté M. Pelletier.Par ailleurs, le Fonds d’aide au développement du milieu, aux commandites et aux dons a permis de remettre 252 688 $ à divers projets de la communauté maskoutaine en 2011. À cette somme s’ajoutent 139 000 $ versés en collaboration avec les caisses avoisinantes du plateau maskoutain. La plupart des dons et des commandites ont été octroyés au milieu de l’éducation, à la pastorale et au secteur des loisirs et des sports. La commandite de 450 000 $ octroyée à la Ville de Saint-Hyacinthe qui permet à la Caisse d’apposer son nom à côté de celui du Centre aquatique est pour sa part tirée du budget des communications. Elle représente un investissement de 30 000 $ par année pendant 15 ans. Fait étonnant, le président et la direction de la Caisse ne glissent pas un mot à propos de cette importante visibilité dans leur rapport annuel. Le document détaille toutefois des projets novateurs encouragés par les dons et les commandites, notamment l’implantation d’un service d’aide aux devoirs pour les élèves du primaire et du secondaire qui résident dans les logements de l’Office municipal d’habitation de Saint-Hyacinthe.

image