27 mai 2021
Manifestation à Saint-Hyacinthe
Des voix maskoutaines en soutien à la Colombie
Par: Olivier Dénommée

Une foule estimée à 130 personnes par les organisateurs a manifesté vendredi soir au parc des Patriotes de Saint-Hyacinthe pour dénoncer la corruption et la répression policière contre la population de la Colombie. Si l’activité se voulait plutôt festive, certains participants ont mis le paquet pour passer leur message. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Depuis le 28 avril, des centaines de milliers de Colombiens sortent dans les rues pour dénoncer la corruption du gouvernement et la répression policière. Vendredi, la communauté colombienne de la région maskoutaine a voulu y faire écho en organisant une manifestation en soutien à ceux qui se battent pour un monde plus juste dans leur pays d’origine.

Publicité
Activer le son

John Sanchez fait partie des organisateurs de la manifestation tenue vendredi au parc des Patriotes. Même s’il est établi à Saint-Hyacinthe depuis plus de 15 ans, il est toujours bien au courant des problématiques de corruption en Colombie. « Il y a beaucoup d’injustices. D’un côté, il y a le gouvernement d’extrême droite et, de l’autre, les guérillas d’extrême gauche. Le peuple se retrouve au milieu. Il y a eu plusieurs leaders communautaires assassinés dans la dernière année, mais une réforme des impôts a été la goutte de trop et les jeunes ont commencé à se révolter », résume M. Sanchez, dont la famille est restée en Colombie.

Les organisateurs n’ont pas seulement voulu manifester leur soutien aux Colombiens contre la corruption, mais aussi en faire un événement culturel et festif. La musique, la danse et les couleurs traditionnelles de la Colombie étaient bien présentes au parc des Patriotes. « Un jeune d’origine colombienne a même composé une chanson pour l’occasion. À la fin, on a aussi fait une petite marche dans le parc », souligne M. Sanchez, satisfait de la visibilité de l’événement grâce aux médias locaux.

Le député fédéral de Saint-Hyacinthe–Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay, s’est aussi fait entendre lors d’une intervention et a promis d’amener la voix de la communauté colombienne de Saint-Hyacinthe à la Chambre des communes. Et il n’est pas exclu que d’autres activités du même genre soient organisées dans le futur, d’autant plus que cela fera un mois le 28 mai que la crise en Colombie est commencée et que la grogne ne semble pas près de s’estomper là-bas.

image