7 décembre 2017
Des voleurs ciblent les restaurants
Par: Maxime Prévost Durand
Le coffre-fort vandalisé lors du vol survenu au White Rabbit dans la nuit de dimanche à lundi.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le coffre-fort vandalisé lors du vol survenu au White Rabbit dans la nuit de dimanche à lundi. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Dans le cas du White Rabbit, les voleurs se sont introduits dans le bureau où se trouvait le coffre-fort avant de repartir sans être repérés. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Dans le cas du White Rabbit, les voleurs se sont introduits dans le bureau où se trouvait le coffre-fort avant de repartir sans être repérés. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Plusieurs vols sont survenus au cours des dernières semaines dans des commerces de Saint-Hyacinthe, plus précisément dans des restaurants, alors que les malfaiteurs s’introduisent la nuit en visant le coffre-fort. La dernière cible : le resto-bar White Rabbit, sur la rue Picard.

Les voleurs sont entrés de force dans la nuit de dimanche à lundi et sont repartis avec une somme avoisinant les 10 000 $, estime le copropriétaire du White Rabbit, André Talbot. Ils ont pris l’argent qui se trouvait dans le guichet ATM à l’entrée du resto-bar, avant de couper le coffre-fort, d’y retirer les dépôts de la fin de semaine et de prendre la fuite.
Selon une première reconstitution de la scène, les voleurs auraient d’abord coupé les câbles liés à l’alarme, à l’extérieur de la bâtisse, puis auraient défait la serrure de la porte donnant sur la terrasse, à l’abri des regards. Une fois à l’intérieur, ils auraient coupé les caméras, retiré l’enregistreur avec les images de surveillance, puis se seraient attaqués au guichet, coupant d’abord la connexion internet avant de prendre leur butin. Ils auraient ensuite traversé la cuisine pour se rendre dans le bureau où se trouvait le coffre-fort. Ils auraient réussi à créer une ouverture pour le vider de son contenu, avant de s’enfuir sans être repérés.
Le chef de la cuisine du White Rabbit a été le premier à revenir sur les lieux, vers 7 h lundi matin, découvrant la scène. « Ils ont seulement volé de l’argent, a précisé M. Talbot, rencontré en après-midi lundi, alors que la Sûreté du Québec venait de quitter l’endroit. Ils n’ont pas touché à l’alcool ni à l’équipement électronique. »
Heureusement, les malfaiteurs n’ont pas trop fait de casse à l’intérieur même du restaurant, si bien que le White Rabbit a pu accueillir malgré tout le party de Noël des employés du magasin l’Aubainerie qui devaient célébrer lundi soir avec un concert privé du chanteur Jonas.
Le copropriétaire du resto-bar croit que les voleurs n’en étaient pas à leurs premières frasques. « Ils n’ont laissé aucune trace. Ils ont fait ça comme des pros. Ce n’est certainement pas le premier vol qu’ils font », a lancé M. Talbot.
Il y a plus de quatre ans, le restaurant Steak Frites St-Paul, qui se trouvait à l’emplacement actuel du White Rabbit, avait aussi été cambriolé en pleine nuit. Les voleurs étaient toutefois entrés par un local vacant adjacent, puis avaient créé un trou dans le mur mitoyen pour accéder au bureau où se trouvait le coffre-fort. Une somme d’argent importante, dont le montant n’avait pas été dévoilé, avait été dérobée.
Yuzu Sushi et PFK ciblés aussi
Deux autres restaurants de Saint-Hyacinthe, Yuzu Sushi et PFK, ont aussi été ciblés par des voleurs durant la nuit du 19 au 20 novembre, a appris LE COURRIER.
Selon nos informations, le modus operandi des voleurs serait le même pour chacune de ces infractions. Les malfaiteurs coupent des câbles à l’extérieur du bâtiment, entrent en défaisant la serrure de la porte et partent à la recherche du coffre-fort. Chacun de ces vols a été commis après la fermeture, un dimanche soir.
Dans le cas du PFK, dont la succursale se trouve sur le boulevard Laframboise, ils seraient repartis les mains vides, incapables d’ouvrir le coffre-fort. Ils se seraient toutefois rabattus quelques instants plus tard sur le Yuzu Sushi, à quelques centaines de mètres au coin du boulevard Laframboise et de la rue Picard, où ils ont volé le contenu du tiroir-caisse et une pochette d’argent. Dans ce dernier cas, leur plan aurait en partie échoué puisque des caméras de surveillance les auraient captés en flagrant délit.
Questionnée à savoir si ces infractions sont reliées entre elles, la Sûreté du Québec n’était pas en mesure de nous répondre. Il n’a pas été possible de savoir si des suspects ont été appréhendés, ni si d’autres commerces ont été visés.

image