3 septembre 2020
Détour par Le projet parallèle pour Guillaume Pineault
Par: Olivier Dénommée

Raconteur aguerri, Guillaume Pineault promet toute une soirée aux Maskoutains le 5 septembre sur la même scène que ses collègues Simon Gouache et Louis T. Photo André Beaupré

L’humoristique maskoutain Guillaume Pineault n’est pas le plus à plaindre dans la communauté artistique québécoise, lui qui s’est tenu occupé à la radio malgré la pandémie et qui a déjà eu la chance de rapidement remonter sur scène dans le cadre de la série Le projet parallèle dès que la santé publique a accordé son feu vert. Et le 5 septembre, il sera aussi de retour au bercail pour non pas une, mais deux représentations d’une performance en plateau triple avec Simon Gouache et Louis T.

Publicité
Activer le son

« J’ai été béni parmi les artistes : j’ai eu mon contrat de trois mois à la radio juste avant l’arrivée de la COVID-19 et le Groupe Phaneuf [son équipe de production] s’est adapté rapidement pour nous permettre de continuer de faire des spectacles corporatifs par Zoom », mentionne d’entrée de jeu Guillaume Pineault. Une nouvelle façon de faire de l’humour qu’il a appréciée, même s’il préfère de loin l’idée de performer devant un vrai public.

C’est exactement ce que Le projet parallèle lui a permis de faire depuis fin juin, où les humoristes invités s’éloignent de leurs numéros de tournée pour présenter du matériel d’environ 20 minutes devant un public réduit afin de respecter les mesures de distanciation sociale. « Je pense que j’ai pleuré au premier spectacle de la série tellement j’étais heureux d’être là », raconte l’humoriste. Le projet parallèle lui permet de retrouver une certaine proximité avec son public et crée une dynamique aussi intéressante pour les humoristes que pour le public.

Saint-Hyacinthe choyée

Et ça promet d’être encore plus intéressant le 5 septembre, où Guillaume Pineault montera sur la même scène que Simon Gouache et Louis T, deux autres humoristes talentueux aux styles d’humour très différents du sien. « Ensemble, on couvre trois spectres complètement différents. Simon fait du pur stand-up à l’américaine – et c’est selon moi un des meilleurs au Québec -, Louis fait davantage dans l’humour politisé et songé, et moi, je suis plus dans l’anecdote. Saint-Hyacinthe, tu ne le sais pas encore, mais tu es chanceux de recevoir ce spectacle! », lance-t-il.

De son côté, il s’avoue aussi choyé de revenir dans sa ville natale, devant un public qu’il connaît bien et dans une salle qu’il adore. « C’est tout le temps le fun de revenir chez moi, et ça me permet de voir mes parents en même temps! Et le 5 septembre, ce sera aussi la première fois que je performe plus de 20 minutes dans la grande salle », note celui qui est déjà un habitué du Zaricot et du Cabaret André-H.-Gagnon.

Et c’est justement au Cabaret André-H.-Gagnon qu’il va revenir pour deux dates avec son spectacle Détour, reportées au 23 janvier et au 4 mars prochains à cause de la pandémie. Il assure que la patience de son public sera récompensée. « Je n’ai pas présenté mon spectacle depuis mars, mais depuis, j’ai recruté Mickaël Gouin comme directeur artistique, qui m’a aidé à peaufiner le show. En tout cas, on peut dire que le titre de mon spectacle prend tout son sens! »

Les billets des deux représentations du Projet parallèle le 5 septembre, ainsi que ceux de Détour en 2021, sont en vente sur le site centredesarts.ca.

Année occupée en vue

Si Guillaume Pineault se dit béni d’avoir été occupé dans les derniers mois malgré l’incertitude causée par la COVID-19, il le sera tout autant dans la prochaine année. « Je suis chanceux, j’ai un autre contrat de radio pour toute l’année à l’émission Véronique et les Fantastiques au 107,3 et je serai de la saison 2 de Coups de cochon. Tout ça en plus de mes spectacles qui reprennent », énumère l’humoriste maskoutain.

Les nombreux engagements de Guillaume Pineault laissent toutefois planer un doute sur l’avenir du Retour de l’humour, la populaire soirée d’humour qu’il a organisée et animée au Zaricot pendant six ans avant de passer le flambeau à d’autres animateurs les trois dernières années. « On a annulé le reste de la saison quand la pandémie est arrivée en mars et, pour moi, c’est impensable de recommencer tant que la situation n’est pas revenue à la normale et que l’on ne peut pas remplir le Zaricot à pleine capacité. Avec mes occupations, je ne sais pas si l’aventure va s’arrêter là ou si quelqu’un d’autre va reprendre le flambeau. »

Dénonciations : le courage des victimes salué

Il aurait été impossible de parler à Guillaume Pineault sans lui demander comment il a vécu la dernière vague de dénonciations d’inconduites sexuelles de plusieurs membres de la communauté artistique québécoise, dont l’humoriste Julien Lacroix. « Julien était un collègue et un ami, ça m’a pris par surprise d’apprendre ce qu’il a fait dans un article, mais je crois que Groupe Phaneuf [qui gérait aussi la carrière de Julien Lacroix] a fait ce qu’il fallait faire [en s’en dissociant]. » Il salue tout particulièrement le courage des victimes qui ont osé dénoncer leur agresseur, dont Geneviève Morin, l’ex-copine de Julien Lacroix. « Pendant une semaine, toutes les discussions de loge ne parlaient que de cette histoire, mais je pense que c’était un check-up qu’il fallait faire dans le milieu artistique québécois et qu’on s’en va dans la bonne direction en faisant le ménage qui s’imposait. »

Pour suivre les projets de Guillaume Pineault, il est possible de consulter son site guillaumepineault.com.

image