27 février 2013
Programme de soutien aux manifestations culturelles
Deux écoles de Saint-Hyacinthe sont récompensées
Par: Le Courrier
De gauche à droite, assis : Philippe Laprade, intervenant en toxicomanie à l'École Raymond; Vicky Aubin, étudiante à l'École Raymond; et Richard Phaneuf, coanimateur de vie étudiante à l'École René-St-Pierre. À l'arrière : Geneviève Leclerc, conseillère en loisir à Loisir et Sport Montérégie; Samuel Métivier, étudiant à l'École Raymond; Pierre Gosselin, directeur de l'École René-St-Pierre; Laurence St-Denis, conseillère en développement culturel au ministère de la Culture et des Communications e

De gauche à droite, assis : Philippe Laprade, intervenant en toxicomanie à l'École Raymond; Vicky Aubin, étudiante à l'École Raymond; et Richard Phaneuf, coanimateur de vie étudiante à l'École René-St-Pierre. À l'arrière : Geneviève Leclerc, conseillère en loisir à Loisir et Sport Montérégie; Samuel Métivier, étudiant à l'École Raymond; Pierre Gosselin, directeur de l'École René-St-Pierre; Laurence St-Denis, conseillère en développement culturel au ministère de la Culture et des Communications e

L’École Raymond et l’École René-St-Pierre se sont démarquées aux yeux de Loisir et Sport Montérégie, le Forum jeunesse Montérégie Est et le ministère de la Culture et des Communications qui leur ont remis une bourse pour la réalisation de projets en loisir culturel qui seront réalisés au cours de l’année 2013.

Publicité
Activer le son

Ce sont cinq projets de différentes écoles de la Montérégie Est touchant toutes les disciplines culturelles, des arts visuels aux arts de la scène, en passant par les arts de la communication et le loisir littéraire, qui ont été sélectionnés dans le cadre du Programme de soutien aux manifestations culturelles de la Jeune relève amateur, pour une somme totale de 15 000 $.

À Saint-Hyacinthe, l’École secondaire Raymond qui accueille d’anciens décrocheurs a bénéficié d’une bourse de 3 500 $ pour le projet Mural par et pour les jeunes. Organisé à l’initiative de Philippe Laprade, intervenant en toxicomanie, le projet prend la forme d’ateliers de création chapeautés par l’artiste-peintre maskoutain Victor Varacalli, suivis de la réalisation d’une murale permanente sur le mur extérieur de l’école.« J’ai remarqué en parlant aux jeunes que le sentiment d’appartenance à l’école n’était pas très grand. Parce que contrairement aux autres écoles secondaires, l’École Raymond n’a pas de réalisation faite par les élèves, que ce soit une peinture ou une mosaïque. Elle n’est donc pas nécessairement à la couleur des jeunes. J’ai donc pensé faire une immense fresque de 16 pi par 16 pi avec possibilité de l’agrandir les années à venir », avance Philippe Laprade.L’installation qui aura été réalisée par 50 élèves sera également présentée lors de l’exposition exPRESSION qui se tiendra au Centre des arts Juliette-Lassonde ce printemps.Quant à l’École René-St-Pierre qui accueille des élèves ayant différents handicaps ou troubles de comportement, elle a reçu une subvention de 1 400 $ pour l’atelier de création chorégraphique Perspective Danse. Avec la collaboration d’une danseuse professionnelle, des jeunes de l’École René-St-Pierre seront jumelés avec des jeunes de l’École secondaire Fadette dans le cadre de la présentation d’un spectacle de danse qui se tiendra d’abord à l’école Fadette, suivi d’une prestation au Centre des arts Juliette-Lassonde ainsi qu’au Gala de fin d’année de l’École René-St-Pierre.Organisé à l’initiative de Richard Phaneuf, coanimateur de vie étudiante et animateur de vie spirituelle et engagement communautaire, ce projet est né d’une réalité à laquelle les élèves de René-St-Pierre sont confrontés au quotidien.« Très souvent, les jeunes de cette école sont étiquetés. Les gens ont beaucoup d’idées préconçues à leur égard et cela donne lieu à de l’intimidation et au rejet. Le projet a pour but de faire en sorte qu’ils puissent côtoyer d’autres individus et qu’ils constatent qu’ils ont des goûts similaires », explique Richard Phaneuf.

image